En Afrique, les visites d’inspection sont souvent des formalités qui n’ont pas vraiment de sens. Ainsi, la Confédération africaine de football envisage de se rendre, entre les 5 et 25 janvier 2023 prochains, dans les pays qui ont déposé des candidatures pour abriter la CAN-2025. Des bruits de couloirs indiquent que l’instance aurait déjà fait son choix pour ce qui est de l’hôte de l’édition en question. Et ça ne serait pas l’Algérie. Pire, c’est le Maroc qui aurait déjà convaincu des personnes influentes au sein du Comité exécutif de la structure footballistique de le privilégier. Un comité dans lequel on retrouve le très influent Faouzi Lekjaâ, patron de la Fédération royale marocaine de football (FRMF)…

Par Mohamed Touileb
C’est connu au préalable, sur les cinq candidatures pour abriter la CAN-2025 reçues par la Confédération africaine de football (CAF), deux sortent du lot. Il s’agit de celle de l’Algérie et du Maroc. Entre les deux, il devrait y avoir un match serré sur le papier.

La CAN-2025 pour faire passer la pilule ?
Toutefois, comme nous l’évoquions dans nos colonnes en octobre dernier, la CAF pourrait déjà avoir tranché en faveur des Marocains avant même d’avoir pris possession des postulations. L’idée sera donc de satisfaire toutes les parties. Mais la CAF jouera avec le feu en pipant les dés. Ce qui serait une grave erreur. Surtout que le discours de Patrice Motsepe, patron de la CAF, et sa rencontre avec Abdelmadjid Tebboune, président de la République, insistaient clairement les autorités à postuler pour remplacer la Guinée, dépossédée de l’organisation en octobre dernier.
Il faut savoir que le jeu de la CAF n’est vraiment net. Cette dernière avait même simulé une visite chez les Guinéens, leur a donné des garanties sur le maintien de la messe chez eux avant d’annoncer qu’elle leur retirait l’organisation. Il y a des trucs pas nets dans les agissements de la structure footballistique.

Le vainqueur annoncé depuis le… Maroc
Son comité exécutif devait annoncer le nom du pays hôte de la CAN-2025 lors du CHAN-2022 (13 janvier – 04 février). Toutefois, le verdict a été décalé jusqu’au 10 février 2023. Cela se fera en marge de la Coupe du Monde des clubs FIFA 2022 qui se tiendra au… Maroc (1er – 11 février). L’éventualité que la CAF rend un verdict en faveur des Marocains est un risque majeur.
Ainsi, les décideurs en Algérie auront le CHAN-2022 pour essayer de peser et faire changer l’avis aux membres influents de la CAF afin de ne pas subir ce qui ressemblera à un affront politico-sportif face au Maroc, dont le parcours de la sélection en Coupe du Monde 2022 a de quoi peser.

Sebgag semble confiant
Il est clair qu’il ne s’agit pas d’obtenir le statut d’hôte pour l’une des prochaines CAN mais de remporter celle de 2025. C’est de ça dont il s’agit. Autrement, la consolation ne pourra pas amortir l’effet d’un camouflet qui a des signes avant-coureurs. Les décideurs de notre pays ne doivent pas se laisser faire. Pour cela, il faudra faire comprendre à la CAF que l’Algérie n’est pas le bouche-trou d’une CAF qui est désormais adepte des pratiques opaques.
En tout cas, Abderrazak Sebgag, ministre de la Jeunesse et des Sports, a indiqué hier que « pour l’instant, rien n’a été annoncé. On peut dire qu’il y a du lobbying sachant que chacun veut remporter l’organisation et c’est de bonne guerre. C’est pour cela que toute personne qui peut faire quelque chose à son niveau devrait le faire pour l’intérêt de l’Algérie ».
Dans la foulée, il a noté que « si une candidature l’emporte devant la nôtre parce qu’elle est solide et convaincante, on l’acceptera. Chacun a ses atouts et la décision sera rendue par le Comité exécutif de CAF le temps venu ». In fine, notons que l’Afrique du Sud, la Zambie, l’Algérie et le Maroc sont en lice dans ce concours alors que le Bénin et le Nigéria ont déposé une postulation commune.