Le 25 mars dernier, l’équipe nationale a dû
se contenter du point du nul (3-3) pour son déplacement à Lusaka. Là-bas, les « Verts »
ont affronté les Zambiens, mais aussi un arbitre, Abdelaïd Mohamed Ali, qui les avait clairement privés de la victoire en permettant aux Chipolopolos de revenir par deux fois dans la partie. Le referee comorien n’a pas été impartial dans ses décisions. La Fédération algérienne de football (FAF) a condamné
son arbitrage via un rapport envoyé à la Confédération africaine de football (CAF)
suite à quoi cette dernière a décidé de suspendre Abdelaïd pour les 3 mois à venir.

Par Mohamed Touileb
Comme nombreux Algériens qui ont assisté impuissants au sabotage de l’homme en noir, Djamel Belmadi, sélectionneur national, n’avait pas caché sa colère concernant la prestation scandaleuse d’Abdelaïd Mohamed Ali.
« Le cours du match dévie en raison de deux décisions de l’arbitre. Vous savez, un arbitre n’est même pas censé redonner un ballon quand il sort. Que dire alors d’un arbitre qui est allé jusqu’à faire les lacets d’un joueur adverse (une image montrant l’un des officiels en train de faire les lacets d’un Zambien dans le couloir des vestiaires circule effectivement sur les réseaux sociaux, ndlr) ? Au même moment, il nous met une pression forte pour nous énerver. Tout ça est scandaleux », avait déploré le premier responsable de la barre technique de l’EN.

Une manière de se prémunir pour l’avenir
Pour l’ancien entraîneur d’Al-Duhail (Qatar), ce sentiment d’avoir été lésé ne venait pas de l’imaginaire. «Ce n’est pas de la paranoïa, ce sont des faits, des gens tirent les ficelles contre l’Algérie. Il y a une psychose qui s’installe.
(…) Ça devient scandaleux, je ne parle pas uniquement des penalties sifflés, mais c’est une accumulation de faits graves», avait-il expliqué.
Sachant que les coéquipiers de Riyad Mahrez auront d’importantes échéances dans un futur proche, Belmadi était monté au créneau afin de protéger ses troupes.
D’autant plus qu’il y aura les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 à partir de juin prochain. Le successeur de Rabah Madjer avait noté qu’« en Afrique on s’est trop habitué à la corruption des arbitres, tout cela doit être puni. (…) L’Algérie est un pays fort de l’Afrique. On ne peut pas s’amuser avec nous comme cela. A moment donné, il faut monter au créneau. Notre travail, on le fait. On bosse au maximum et on fait attention à tout sauf à ces manœuvres-là.»

Une sanction dissuasive ?
Dans le but de montrer aux autres que les responsables du foot algérien sévissent afin de mettre les « Guerriers du Désert » à l’abri de toutes manœuvres préjudiciables dans le futur, la FAF avait décidé d’envoyer un dossier à charge à la CAF. « Il ne peut pas y avoir ce genre de scandales sur des qualifications à la Coupe du monde (qui commencent en juin, ndlr). A la limite, il vaut mieux que ça arrive maintenant. Il faut suivre ce sujet et il faut que quelque chose se passe », a anticipé Belmadi.
La plainte algérienne a eu une suite favorable à la CAF. L’instance continentale a décidé de mettre Abdelaïd au frigo pour les 3 mois à venir. Ce gain de cause, même s’il ne permet pas de récupérer les 2 points laissés à Lusaka, pourrait dissuader les prochains arbitres qui siffleront les matchs de l’Algérie pour ne pas fausser le cours d’un match. Toutefois, en Afrique, tout peut arriver…