L’Algérie a franchi le cap des 1.000 morts emportés par le nouveau coronavirus avec les 8 nouveaux cas de décès enregistrés durant les 24 dernières vingt-quatre heures. Le pays totalise, ainsi, 1.004 morts depuis l’apparition de la pandémie le 25 février dernier, dont les trois quarts, en général, sont des personnes âgées de 60 ans et plus et, très souvent, atteintes d’au moins une ou deux maladies chroniques.

Ce bilan macabre est dû à plusieurs facteurs. Outre la dangerosité du coronavirus qui se propage très rapidement et qui agit négativement sur l’appareil respiratoire, il est utile de relever que ce sont aussi les comportements qui l’encouragent dans sa vitesse morbide. Le non-respect des mesures de prévention et des gestes barrières, et ce malgré les différentes alertes, continue d’être observé par nombre d’insouciants, qui par déni de la réalité et de l’existence-même de la maladie et qui par simple envie de ne pas s’y conformer. Quoi qu’il en soit, le résultat est là. Un millier de familles sont endeuillées. Il s’en trouve même qui ont perdu plusieurs membres de leur famille. Plus que jamais, la prise de conscience presse.
Durant les dernières vingt-quatre heures, l’Algérie a, également, enregistré 470 nouveaux cas confirmés de coronavirus, 251 guérisons et 59 patients en soins intensifs, a indiqué, hier, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, Dr Djamel Fourar. Le nombre total des cas confirmés s’élève, ainsi, à 18.712, soit 42 cas pour 100.000 habitants, alors que le nombre des patients guéris est passé à 13.375, a précisé Dr Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à la présentation du bilan de la pandémie. Il a ajouté que «13 wilayas n’ont recensé aucun nouveau cas positif au coronavirus durant les dernières 24 heures», alors que «15 autres ont enregistré entre 1 et 5 cas» et «20 autres ont notifié plus de 6 cas chacune».
Par ailleurs, et comme à l’accoutumée, le membre du Comité scientifique a souligné que «la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et observation des règles d’hygiène et de distanciation physique», rappelant «l’obligation du respect du confinement et du port du masque» dans les lieux publics. Il a aussi appelé à veiller à la santé des personnes âgées, notamment celle souffrant de maladies chroniques. Des recommandations que normalement tout le monde connait mais que beaucoup, chacun pour des raisons qui lui sont propres, feignent d’ignorer. n

Oran : Plus de 17 000 infractions aux mesures de confinement en quatre mois

Les services de police de la wilaya d’Oran ont enregistré, du 28 mars au 7 juillet courant, quelque 17.000 infractions aux mesures de confinement sanitaire prises pour lutter contre le Covid-19, a-t-on appris vendredi auprès de ce corps de sécurité. Durant cette période, quelque 17.375 procédures judiciaires ont été ouvertes à l’encontre de personnes ayant transgressé les mesures de confinement et de prévention contre la propagation de la pandémie, tandis que 28.735 autres individus ont fait l’objet de contrôles, a-t-on indiqué de même source. Par ailleurs, 5.836 personnes ont été interpellées pour le non-port de bavettes. Le bilan fait également état de la mise en fourrière de 3.164 véhicules et 1.022 motocycles. Leurs propriétaires avaient bravé l’interdiction de circuler durant la période confinement. Par ailleurs, durant ces quatre mois, 5.602 commerces ont été contrôlés quant au respect des mesures de prévention et de protection contre le coronavirus. Ces opérations ont permis de prononcer 4.085 avertissements et 1.017 propositions de fermeture de locaux ont été formulées pour cause d’exercice des activités en dépit de leurs interdictions et du manque d’hygiène, précise-t-on de même source. Les éléments des services de police ont également rédigé des PV contre 469 chauffeurs de taxis et 118 autres de bus pour non respect de ces consignes de prévention. Enfin, 103 conducteurs ont été interpellés pour défaut du permis de conduire. Durant cette période, quelque 759 opérations d’information et de sensibilisation sur les dangers de la pandémie ont été organisées au profit des taxieurs et 266 autres en direction des conducteurs de bus, précise-t-on de même source.