Est-ce qu’une teinture suffit pour retrouver un peu de couleurs. Si l’on se fie à Ryad Mahrez, la réponse serait : oui ! L’international algérien a, manifestement, oublié l’épisode du mercato estival où il a vu son départ de Leicester City capoter.

Lui qui voulait changer d’air et faire ses preuves avec une écurie plus « prestigieuse ». Le vent de la fenêtre des transferts hivernale l’aurait aidé à retrouver sa fraîcheur. Un réveil qui tombe à pic. Est-ce que ses performances augmenteraient les chances d’être approché par un gros club prochainement ? Cela dépend de beaucoup de paramètres.

 

Cinq buts et 6 passes décisives en Premier League anglaise, Riyad Mahrez est en train de redevenir le talentueux gaucher qu’on a connu lors de la saison 2015-2016. Un exercice au terme duquel il a été sacré, contre toute attente, champion d’Angleterre avec Leicester City. Depuis, le natif de Sarcelles(Paris) s’est égaré entre la tentation d’essayer une nouvelle expérience sous une autre tunique et les exigences excessives des propriétaires du club qui ont trop fait monter les enchères pour leur numéro 23. Ils ne voulaient pas le laisser filer pour moins de 46 millions d’euros.
Un bon de sortie trop au prix fort qui a dissuadé plusieurs clubs de le faire signer l’été passé même s’il a été cité un peu partout. De l’AS Rome en passant par Chelsea, Arsenal et Tottenham, au FC Barcelone où son nom a été évoqué sérieusement, l’ailier des Verts a rêvé et fait rêver beaucoup au rythme des spéculations avant de vivre un dénouement. Mahrez avait déjà la tête ailleurs mais il été contraint de jouer avec la tunique bleue pour quelque temps.
« Ils ne voulaient pas me vendre. Ils ont dit qu’il n’y aurait pas de problème si quelque chose se présentait, mais en coulisses, ils bloquaient les choses. Ils ont parlé aux clubs mais ils ne se trouvaient pas dans une configuration où ils voulaient me vendre. Mais je suis confiant. Je crois que je vais arriver au sommet. Quand vous avez de la qualité et que vous le montrez il n’y a pas de problème, »a récemment raconté le joueur de 26 ans.
Le dépit et le dégoût étaient là. Ils étaient visibles sur le MVP du championnat anglais en 2016. Un joueur qui doute malgré les certitudes footballistiques qu’il a longtemps présentées.

Souviens-toi… l’été dernier
Pour revenir au fâcheux épisode de l’été dernier, on pourra certifier que si ça ne faisait qu’au talent, le raz-de-Mahrez aurait pu atteindre n’importer quelle cote. Il n’est pas normal que le MVP de la Premier League 2016 soit trimbalé d’un aéroport à l’autre à attendre qu’un club décide de l’enrôler parce que son plan A n’a pas marché. Il était inadmissible que le meilleur joueur africain aille à la recherche d’une équipe au lieu qu’on vienne le chercher. Il est étonnant qu’un agent ait autant de mal à placer un talent pur avec une franchise à la hauteur des qualités intrinsèques du joueur sur lesquelles aucun doute ne puisse subsister. Il était tout autant regrettable qu’à quelques heures d’un rendez-vous important de l’équipe nationale, on vende un éphémère espoir à un magicien du football qui imaginait certainement que rejoindre un cador était une légitimité absolue parce que sa palette est totale.
« L’équipe nationale algérienne m’a laissé quitter le rassemblement parce qu’il y avait une chance que des négociations démarrent dans la dernière ligne droite. Si j’étais resté en Zambie cela aurait été compliqué de négocier. Je suis rentré à Paris et après je lisais « Ryad est ici, Ryad est là… » Mais je suis resté en France pendant cette période, je n’ai pas bougé, » s’est-il souvenu. Quelque mois après, celui qui compte 32 sélections avec les Fennecs se retrouve à rêver de découvrir d’autre cieux. Peut-être ceux des « Sky Blues » de Manchester City.

Puel a sublimé Ryad
Guardiola serait donc intéressé par le profil de l’Algérien pour donner plus de profondeur a un effectif déjà pléthorique. La piste mancunienne est fascinante mais elle ne certifie pas au porteur de la tunique floquée du 7 en équipe nationale une place dans un onze très concurrentiel. L’idéal seraient, certainement, de trouver un point de chuter où il sera amené à jouer le plus souvent possible : Tottenham ou Arsenal serait les meilleures destinations en Angleterre.
Par ailleurs, il y a aussi la probabilité de changer de championnat. L’Olympique Marseille serait prêt à mettre 35 millions d’euros sur la table pour l’enrôler alors que l’AS Rome, qui tenait à s’offrir ses services l’été passé, revient à la charge pour cet hiver. Cependant, il y a aussi la possibilité de rester à Leicester sous la coupe de Claude Puel dont la venue a fait un énorme bien à Ryad. Depuis que le technicien français est arrivé, le Dz a planté 4 buts en 10 rencontres. Soit une réalisation tous les deux matchs. Une moyenne très appréciable pour un ailier qui a, désormais, un peu plus de liberté pour faire l’étalage de son génie footballistique. Samedi, lors de la réception de Manchester United (2/2), Mahrez n’a pas marqué mais il a livré une prestation de haut niveau ponctuée par une offrande pour Jamie Vardy sur l’ouverture du score. Durant 90 minutes, sa patte gauche a mis au supplice les poulains de Mourinho. Maintenant, place au « Boxing Day » et un enchaînement des parties où ses capacités physiques seront testées. Une visite médicale grandeur nature avec un transfert imminent ?