L’Inter Milan, propriété d’un homme d’affaires chinois, a réfuté jeudi les révélations des médias italiens selon lesquelles la dette du club s’élèverait à 637,56 millions d’euros lors de la dernière année fiscale, soit presque 150 millions d’euros de plus que l’exercice précédent.

Dans un communiqué, l’Inter affirme que les chiffres donnés (par le quotidien financier Il Sole 24 Ore) sont «incorrects et trompeurs, et nuisibles à l’image du club qui respecte la loi italienne et les règlements de la FIGC» (Fédération italienne de football). «L’Inter Milan souhaite mettre au clair que ses états financiers consolidés contiennent des données compréhensives et des informations requises par le Code civil italien, ainsi que les dispositions réglementaires relatives aux états financiers des clubs de football», ajoute l’Inter dans son communiqué.
L’homme d’affaires chinois Zhang Jindong, du groupe Suning, a payé près de 270 millions d’euros pour le contrôle de l’Inter en juin 2017. Selon Il Sole, outre l’augmentation de la dette, l’Inter doit un total de 208 millions d’euros aux banques alors que plus de 220 millions d’euros doivent être versés aux actionnaires. «Le club prendra les actions légales nécessaires pour défendre son image afin de confirmer, une nouvelle fois, que les éléments financiers contenus dans les états financiers, les notes explicatives et le rapport de gestion sont transparents et véridiques», conclut l’Inter, 4e du Championnat d’Italie.