L’ambassade d’Espagne, l’Institut Cervantès d’Alger et l’Ecole d’organisation industrielle d’Espagne (EOI), à travers Fundesarte (fonds de promotion et de développement des entreprises artisanales espagnoles), organisent, en collaboration avec le ministère algérien de la Culture, une exposition intitulée «10 ans de Prix nationaux de l’artisanat» et ce, du 4 au 30 juin au Palais de la culture Moufdi-Zakaria d’Alger.

Cette exposition, qui s’inscrit dans le cadre «de la collaboration algéro-espagnole pour la promotion de l’artisanat et des artisans des deux pays», fera ainsi escale à Alger après son passage par diverses villes espagnoles et européennes. Le vernissage est prévu le lundi 4 juin à 22h30 et sera notamment marquée par la présence de Laura Miguel, responsable de Fundesarte et commissaire de cette exposition, ainsi que par la présence de personnalités algériennes et espagnoles. Cette exposition vise «à faire connaître à un plus large public» les actions du Fundesarte, qui se «démarquent de l’artisanat contemporain», précise le communiqué de l’Institut Cervantès. Et d’ajouter : «L’exposition est un reflet de la diversité et de l’évolution de ces récompenses tout au long de ces dix concours (1996-2015), qui couvrent plusieurs domaines comme la vannerie, la fabrication de cornemuse, la bijouterie ou la céramique». Ainsi, les visiteurs pourront découvrir les pièces des lauréats s’étant illustrés dans les différentes catégories de ce Prix, et qui se subdivise en deux catégories : un Prix national et un Prix Produit. En outre, les Prix nationaux de l’artisanat d’Espagne ont été créés en 2006 «dans le but de soutenir l’artisanat espagnol et contribuer à sa mise en valeur. Un prix encouragé par le gouvernement d’Espagne à travers l’Ecole de l’organisation industrielle et son domaine de promotion de l’artisanat, Fundesarte, qui en est à sa dixième année», indique-t-on. Par ailleurs, les organisateurs mettent l’accent sur l’espace d’exposition qui sera «aussi singulier que le contenu de celle-ci».
En effet, il s’agira d’un «parcours» de l’artisanat espagnol où les pièces seront «gardées dans des prismes rectangulaires de grande dimension, aseptiques dans le respect de l’environnement». Somme toute, c’est une expérience «singulière» et différente qui attend les visiteurs à partir du 4 juin.
R. C.