Le ministère des Transports prévoit la généralisation de l’Autorité d’organisation des transports urbains dans plusieurs wilayas. Une entité qui se chargera notamment de la réalisation et de la gestion des infrastructures du secteur, ainsi que de l’élaboration d’une politique tarifaire unique.

La restructuration du secteur du transport et son développement font l’objet, depuis hier, de journées d’étude organisées au siège de l’Etablissement public de transport urbain et suburbain d’Alger (Etusa). Une rencontre qui a réuni tous les directeurs des transports en commun ainsi que des experts algériens et étrangers. Intervenant lors de cette rencontre, Mourad Khoukhi, directeur général des transports au ministère des Travaux publics et des Transports, a fait part de la mise en place de plusieurs autorités d’organisation des transports urbains, qui se chargeront notamment de la réalisation et de la gestion des infrastructures du secteur, ainsi que l’élaboration d’une politique tarifaire unique, et ce, dans plusieurs villes telles Oran, Constantine, Ouargla et Sétif.
Selon lui, «le développement des transports, dans la continuité de tout ce qui a été réalisé comme projets dans ce domaine à Alger, l’a été en partie par la mise en place de cette autorité d’organisation des transports urbains au niveau des agglomérations d’Alger, dans un premier temps», ajoutant que «beaucoup efforts sont consentis pour une meilleure prise en charge des passagers et réorganiser le secteur du transport». Il a souligné que «les premiers pas vers la restructuration du transport dans la wilaya d’Alger ont été entamés depuis février 2017, avec un abonnement mensuel unique pour plusieurs modes de transport public urbain qui permet aux passagers d’utiliser ces modes de transport d’une façon illimitée durant toute la période de sa validité». Par ailleurs, il fera savoir que «l’organisation de ce séminaire de deux jours permettra également de découvrir l’expérience des Européens dans ce domaine ainsi que les avancées considérables enregistrées en matière de développement de leur réseau de transport»

Réguler, diriger et planifier

Lui succédant, Krim Yacine, directeur général de l’Etusa et également directeur de l’autorité organisatrice des transports urbains d’Alger, a indiqué que «cette autorité a pour mission de définir les modalités d’intégration des transports urbains dans le schéma d’aménagement du territoire, de réaliser et gérer les infrastructures et les équipements affectés aux transports, ainsi que de suivre l’évolution de l’offre et la demande et d’élaborer une politique tarifaire unique». Poursuivant son intervention, il citera les autres missions de cette autorité qui consistent notamment «à planifier les projets collectifs et surtout mettre un système qui régule tous les transports».
Mais le point le plus important abordé a été celui de la distribution des fonds de subventions. Le directeur de l’autorité indiquera que «la rentabilité de ces moyens de transport reste néanmoins à confirmer en raison du fait que le transport urbain est subventionné à hauteur de 50% par l’Etat». «Il faut savoir que les transports urbains sont subventionnés par l’Etat. En aucun cas on ne trouvera un transport urbain qui soit une rentabilité financière et économique avérée», a-t-il estimé. L’Etat attribue une subvention de plusieurs millions de dinars aux transports en commun. Et c’est l’autorité organisatrice des transports urbains d’Alger qui est responsable de sa collecte et surtout de sa distribution.