Contrairement à la première session ordinaire de l’APC de Constantine, qui s’est déroulée sans accroc, n’était un seul élu RND qui avait « les yeux plus grands que le ventre », voulant à tout prix hériter d’une antenne communale, lui, qui s’est déjà essayé à ce poste étant un « récidiviste » à l’assemblée communale, celle de l’APW n’a pas été un fleuve (Rhumel ?) tranquille.

En effet, l’ordre du jour consacré à la nomination des vice-présidents et des présidents de commission a été houleux. Très houleux. Cette assemblée nouvellement élue a donné une ridicule image des élus, qui certifie, et la suite de la session le confirmera, que ces derniers se font élire pour se servir et non pour servir. Des élus RND et FLN se sont bruyamment manifestés pour contester les choix du P/APW, Nadir Amirèche. Certains l’accuseront même d’avoir «monnayé» certaines nominations, celle de président de la commission de l’urbanisme notamment.
La présidente nommée à la tête de ladite commission ira même jusqu’à provoquer l’assemblée en affirmant avoir obtenu son poste après « un déjeuner avec des gens importants ». La présidente contestée l’a déjà été avant les élections, accusée d’avoir été parachutée et « acheté » la troisième place sur la liste wilayale du RND. « Une nouvelle débarquée au parti », ne cesseront d’affirmer les autres élus du Rassemblement, « qui n’est pas aussi démocratique que ça ».
Le poste de la commission des nouvelles technologies de l’information et de la communication provoquera l’ire d’un élu du FLN qui affirmera que ledit poste lui revient de droit puisqu’il était, avant sa retraite et après de nombreux postes aux différentes assemblées… journaliste.
« C’est vrai qu’il percevait une paye à Radio Constantine, mais journaliste, il ne l’a jamais été dans les faits, se contentant de gérer sa carrière au gré des occasions pour y rester sans le moindre effort. Son vrai métier, c’est d’être élu, c’est tout », nous dira un élu du Front.
Eu égard à la confusion provoquée par les nombreuses controverses, le P/APW a été contraint de lever hâtivement la séance après avoir «confirmé», au milieu d’une foire d’empoigne, la nomination des présidents de commission. Ce qui promet d’autres sessions houleuses de l’APW, car les mécontents, une majorité, n’entendent pas se laisser faire par « le vendu », le P/APW en l’occurrence.
Par contre, des vents plus cléments semblent accompagner le P/APC de Constantine aux couleurs du FLN, le docteur Nadjib Arab. Il a invité les membres de la presse pour demander leur aide pour la difficile mission qui attend son assemblée et leur souhaiter une bonne année. L’occasion aussi de souligner que « Constantine est plus grande que les 43 membres de l’APC » «Une fois élue l’APC n’a plus de couleur politique » et qu’il était prêt « à accueillir au sein de cette même assemblée tout Constantinois jaloux de sa ville », a-t-il affirmé. Bencheikh-Lefgoun, porte-parole au sein de l’APC pour ses pairs du RND, ne manquera pas de souligner la magnanimité du P/APC qui « bien que détendant une large majorité absolue, a tendu la main au RND et El Islah, en leur octroyant des présidences de commissions ». Arab annoncera aussi la création « prochaine » d’une assemblée consultative et des comités de pilotage des projets de la ville.