L’Algérie a effectué, hier, au port commercial d’Arzew, sa première opération d’exportation de ciment gris vers la Gambie. A cette occasion, une cérémonie s’est déroulée au niveau de l’enceinte portuaire en présence des représentants du ministère du Commerce, de représentants locaux et de Jean-Jacques Gauthier, directeur général de Lafarge Holcim Algérie (LHA).

Il s’agit de 16 600 tonnes de ciment gris en vrac, produit par la cimenterie Lafarge d’Oggaz, dans la wilaya de Mascara. «La bataille de l’export représente un défi et une opportunité majeurs pour notre industrie. Nous devons tous contribuer à transformer cette opportunité en succès économique», s’est réjoui Jean-Jacques Gauthier. Un objectif qui doit être réalisé, selon ce dernier, en assurant les débouchés commerciaux aux importantes capacités de production nationale. Une production qui fait face à un récent ralentissement de la demande nationale, conjugué à l’apparition de nouvelles capacités productrices. «Ce qui devrait conduire à un important déséquilibre du rapport entre la demande et l’offre de ciment», prévoit le directeur général de LHA, qui estime l’excédent de production à l’horizon 2020 entre 15 et 20 millions de tonnes, soit 60 à 80% de la production nationale. Il affirme que la société ambitionne d’atteindre une production de 15 à 20 millions de tonnes de ciment d’ici 2020, tout en insistant sur la poursuite des opérations d’exportation vers l’Afrique de l’Ouest et les pays du bassin méditerranéen. Il a souligné que le volume des investissements de la société en Algérie a atteint 70 milliards de dinars. « L’exportation nous incite à aller loin pour le positionnement de l’Algérie comme Etat pilote en matière d’exportation du ciment et du clinker dans les deux prochaines années en prévoyant d’exporter entre 3 et 4 millions de tonnes», a encore affirmé le Pgd de Lafarge Holcim Algérie. Les responsables de Lafarge Holcim Algérie estiment par ailleurs qu’une première étape «de la bataille de l’export» est gagnée et ouvre la voie à une opération d’exportation «beaucoup plus importante». «Désormais, les impératifs de compétitivité en termes de coût du transport se trouvent au niveau local, c’est-à-dire entre les usines productrices et le port de départ des navires pour le marché international», explique, pour sa part, Ahcene Sameur, directeur du projet de développement export chez LHA. «Notre marché-cible est l’Afrique de l’Ouest puis, dans un second temps, le Bassin méditerranéen», confie le responsable export, assurant que la filiale de trading, qui compte plus de 50 ans d’expérience dans l’activité de prospection de marchés du ciment et dépend directement du Groupe Lafarge Holcim, constituera un atout pour pouvoir intégrer de nouveaux marchés. D’autre part, présent à la cérémonie d’export, Kheirredine Medjoubi, le représentant du ministère de l’Industrie, a affirmé que le groupe étatique Gica mène, lui aussi et de son côté, des pourparlers avec des opérateurs internationaux pour créer des partenariats permettant à l’Algérie d’exporter son ciment. «L’export de ce produit intervient alors que cette industrie en Algérie a connu une réelle dynamique qui a permis de couvrir les besoins nationaux en ciment», indique-t-il ajoutant qu’un travail est en cours au ministère de tutelle pour faciliter les opérations d’exportation pour un meilleur positionnement sur le marché externe. Il rappellera également que depuis 1962, l’Algérie est passée de 3 à 17 usines de ciment en 2017, ce qui lui a valu de produire 24 millions de tonnes de ciment. L’Algérie était un importateur de ciment, avec une moyenne avoisinant les 500 millions de dollars en 2014 et en 2015. Pour sa part, le président de l’Association nationale des exportateurs algériens, Ali Bey Nasri, a, lui, salué cette initiative, qui permet, a-t-il dit, de réaliser un «bond qualitatif» dans l’exportation du ciment vers l’Afrique de l’Ouest, d’épargner au pays l’importation d’une valeur de 500 millions de dollars US de ce produit et de réaliser des recettes en devises par l’exportation de ce produit de 1 à 1,5 milliard de dollars. A noter que c’est le navire « MV Glory Tellus» qui transportera la première cargaison de ciment gris algérien vers la Gambie. Le navire quittera le port d’Arzew dès demain et il est prévu qu’il atteigne le port de Banjul, la capitale de la Gambie, dans huit jours.