La première assemblée générale ordinaire (AGO) de la Fédération algérienne de football (FAF), sous la présidence de Kheireddine Zetchi, est prévue aujourd’hui au Centre technique de Sidi Moussa.

Une AGO qui risque bien d’être «houleuse» à en croire des présidents de club ainsi que l’ancien président de l’instance fédérale, Mohamed Raouraoua, qui menacent de démontrer toutes les carences du bilan moral et financier.
Les réactions des responsables sont venues à la suite de l’envoi par le secrétariat général de la FAF des documents y afférents. Ce qui a été très facile pour ces «responsables», bien rodés à ce genre de bilans ainsi qu’à la critique pouvant aller jusqu’à voter contre l’approbation de ce bilan d’une année de gestion de Zetchi et son équipe.
Les spécialistes estiment que sur le plan pratique, le bilan moral est bel et bien négatif, au vu des «scandales» à rebondissements qu’a connus la FAF et de la mauvaise gestion du volet «violence» aussi bien «verbale» que dans les enceintes sportives. En outre, il y a eu le retrait de l’organisation des compétitions à la Ligue de football dirigée par Mahfoud Kerbadj. En somme, Zetchi et son équipe ont bel et bien failli dans leurs missions. Il est vrai que dans certains cas, c’est Zetchi qui est le premier responsable, mais le mutisme des membres de son BF pour les décisions qu’il a prises les rend tout aussi coupables de ce bilan négatif.

Des tares à la pelle
Faut-il pour cela rappeler les limogeages du directeur technique national, Fodil Tikanouine, et de l’ancien sélectionneur des Verts, Lucas Alcaraz, sans oublier la nomination «controversée» de Rabah Madjer pour succéder à l’Espagnol ? Faut-il aussi rappeler ce scandale d’une simple candidature à la CAF que la FAF a été incapable d’assurer ou encore cette histoire de l’invitation par l’Union arabe de football de l’USM Alger et de l‘ES Sétif, qui a poussé le président Zetchi à proposer un troisième club à savoir le MCA ? Ceci, sans oublier -au passage- cette «maladie de Raouraoua  dont souffre aussi bien le président actuel de la FAF que certains membres du son BF.
Quant à cette histoire du retrait de la délégation de gestion des compétitions au président Kerbadj, ce fut l’autre preuve de la purge de tous les responsables ayant eu de bonnes relations avec l’ancien président Raouraoua.

Raouraoua, une présence qui effraie
Et justement la présence annoncée de Raouraoua à cette AG ordinaire a suscité un malaise au sein de la FAF de Zetchi. Contacté par nos soins il y a deux jours, Raouraoua nous a bien assuré qu’il sera «présent à cette AG ordinaire» tout en nous précisant qu’il voudrait bien «prendre la parole pour faire quelques remarques sur quatre points à l’ordre du jour (lire papier dans notre édition d’hier)».
Or, le secrétaire général de la FAF a demandé à l’ex-président de la FAF de formuler ses questions avant la tenue de l’AG pour permettre une réponse. Demande qui a surpris l’ancien boss de l’instance fédérale, qui s’est vu obligé de lui rappeler ses prérogatives en qualité de SG chargé de l’administration.
La présence de Raouraoua dans cette AG pourrait changer certaines donnes. Pour preuve, Zetchi a, ces derniers temps, multiplié ses déplacements dans certaines ligues pour s’assure leur soutien et celui de certains présidents de club afin d’adopter son premier bilan d’une année de gestion.
Sachant que certains présidents de club ont également critiqué le bilan moral et financier qu’ils ont reçu avant l’AG et veulent bien intervenir durant les travaux pour justifier leurs critiques, l’adoption s’annonce difficile. Reste à savoir si le président de la FAF leur permettra d’intervenir alors qu’ils ne se sont pas inscrits à l’avance comme ce fut le cas pour l’ex-président de la FAF et son échange de courriel avec le SG de la FAF.

Le positif : les catégories jeunes
Enfin, il faut aussi évoquer le positif dans ce bilan d’une année de gestion de Zetchi et son équipe. La direction technique et la direction des équipes nationales sont des points vraiment positifs à mettre au compte de Zetchi et son BF.
Car, le développement des jeunes catégories est très bien pris en charge par Saâdane et Charef ainsi que leurs staffs techniques. L’organisation d’un symposium pour le «Renouveau du football national» était aussi une bonne chose.
Mais, si l’initiative est positive, le suivi des recommandations de ce symposium est, lui, bel et bien négatif.
Quant au volet financier, il faut s’en remettre aux spécialistes pour savoir s’il est positif ou pas. Réponses aujourd’hui au CTN de Sidi Moussa.