De nombreux citoyens de la commune de Ksar Sbahi (chef-lieu de daïra), à une trentaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de wilaya, se sont rassemblés dimanche devant le siège de la commune pour revendiquer la prise en charge de leurs préoccupations sociales. Les protestataires ont placardé sur le mur de l’APC une banderole où on peut lire « Non à la hogra et la marginalisation», «Application de l’article 15 de la loi d’attribution du logement», «Où en est mon droit au logement ?». Par ailleurs, dans le communiqué (copie remise aux médias), les protestataires font état de l’absence d’oreilles attentives à leurs conditions précaires, leurs problèmes et difficultés et déplorent les promesses creuses lors de la campagne électorale des communales. Ils exigent de ce fait une rencontre avec les responsables locaux pour qu’ils puissent présenter leurs préoccupations dans lesquelles ils dénoncent le tribalisme gangrenant la gestion de la commune et s’interrogent sur les contrats de pré-emploi et autres. Il importe de rappeler que Ksar Sbahi, une commune rurale promue en 1991 chef-lieu de daïra, n’a pas connu, en dépit de son statut et de sa vocation céréalière, d’essor de développement remarquable concrétisant des productions record, notamment en blé de haute qualité. Sa situation géographique quelque peu éloignée du grand axe routier Oum El Bouaghi-Annaba via Guelma ne facilite pas le développement.
K. M.