Les Editions KouKou annoncent la sortie de deux nouveaux ouvrages, disponibles, dès aujourd’hui, dans les bonnes librairies, intitulés « Blouse Blanche, Zone grise. Décennie noire » écrit par le docteur Abdallah Aggoune et « Algérie 2019-2020, Le peuple insurge » du journaliste Hocine Belalloufi.


Le premier, «Blouse Blanche, Zone grise. Décennie noire » écrit par le docteur Abdallah Aggoune, revient sur la forme du témoignage sur l’horreur des années 1990, mais aussi sur le « silence » imposé aux victimes par la loi sur la réconciliation nationale. Le second texte, chronologiquement plus proche de nous, intitulé « Algérie 2019-2020, Le peuple insurge », signé par le journaliste Hocine Belalloufi, aborde quant à lui l’actualité politico-sociale du pays, à un an, presque jour pour jour du déclenchement des manifestations populaires, précise la maison d’édition dans un communiqué parvenu à la rédaction.
Les deux ouvrages abordent ainsi les « conclusions » qu’auront eues les deux dernières étapes majeures de l’histoire du pays, les années de terrorisme, et la présidence d’Abdelaziz Bouteflika.
Concernant, le premier ouvrage, « Blouse Blanche, Zone grise. Décennie noire », la présentation de l’éditeur est un véritable plaidoyer visant à libérer la parole des victimes de la décennie noire en estimant que «la réconciliation nationale passe par la vérité et la justice sur la «décennie noire» pour exorciser les démons de la récidive».
Le texte proposé par le docteur Abdallah Aggoune est ainsi écrit à la première personne comme un témoignage du vécu du médecin durant la décennie noire, «obligé que j’étais de me rendre tous les jours dans ce triangle de la mort pour soigner les gens qui m’avaient demandé de rester pour eux» lit-on sur la présentation de l’ouvrage. Abdallah Aggoune aborde tour à tour « la montée en puissance du FIS, la barbarie du GIA, la loi des émirs et les dépassements des forces de sécurité censées protéger les civils» et revient également sur le sort des victimes anonymes.
Le deuxième ouvrage, « Algérie 2019-2020, Le peuple insurge », écrit par le journaliste et militant de gauche, Hocine Belalloufi, aborde quant à lui le « Hirak » en s’interrogeant sur l’avenir d’un mouvement qui a réussi à « occuper le centre de la vie politique algérienne ». Et cherche en ce sens à dégager les «Perspectives politiques, immédiates et à moyen terme» tout en revenant sur le déroulement d’une année « de lutte extraordinaire ».