Des habitants de la cité AADL-2 sur la route d’Aïn Beïda à Khenchela ont réclamé samedi le départ de la société de gestion immobilière «Gest-immo» au motif de son «absence effective sur le terrain». Dans leur rassemblement de protestation devant le siège de cette société au sein de leur cité, les habitants ont exprimé leur refus catégorique de payer chaque mois à la société plus de 3.000 DA pour les frais de services qu’ils n’obtiennent pas réellement.
Les manifestants ont brandi des banderoles appelant à «ouvrir une enquête» et demandant au wali de Khenchela d’intervenir pour leur rendre justice, tout en affirmant leur «droit de poursuivre en justice la société.»
Le président du comité de la cité AADL-2, El Djemaï Bekaouche, a indiqué que les bénéficiaires des 478 logements n’ont pas obtenu de l’agence AADL, trois ans après l’accès à leurs logements, les actes de location-vente. Il a également dénoncé les longues pannes des ascenseurs s’étirant sur plusieurs mois dans des immeubles de 9, 10 et 11 étages, ainsi que l’absence de femmes de ménage, l’insuffisance du nombre des agents de gardiennage et l’inondation des vides-sanitaires de quatre immeubles par des eaux d’origine inconnue générant la prolifération des insectes. Le représentant des habitants a également mis l’accent sur le problème des glissements de terrain dus à l’absence d’une clôture en dur et l’apparition de fissures sur les murs liés «à la mauvaise qualité des travaux».
De son côté, le directeur du logement de la wilaya, Amar Ghiat, a indiqué avoir rencontré les représentants des habitants dudit quartier et transmis leurs préoccupations à la direction régionale AADL. Il a également indiqué qu’il a été convenu avec les représentants de la commune, de la daïra et de la direction de l’urbanisme, de procéder à la recherche de l’origine des eaux inondant les vides-sanitaires.
En se rendant au siège de la société Gest-immo, le journaliste de l’APS a trouvé les bureaux fermés. n