Faisant partie de la région des Aurès, Khenchela (ex-Mascula) dispose d’un désert au sud. Ce dernier appelé communément « sahara de Khenchela » s’est transformé ces dernières années en un véritable espace de production céréalière croissante, dépassant les 70% de la production globale de la wilaya en 2015/2016, selon des sources concordantes.

C’est dans la région de Babar, où se localise le grand désert, appelé aussi sahara des Nememchas, s’étendant sur une superficie globale de 93 000 ha, que les agriculteurs ont transformé au fil des années en un immense champ céréalier. Ce dernier a concrétisé, selon les mêmes sources, une production de près de 650 000 quintaux de céréales parmi lesquelles plus de 560 000 quintaux de blé dur sur une superficie de 25 000 ha, soit 25% de la surface globale destinée à la céréaliculture dans la wilaya de Khenchela estimée à 100 000 hectares.
Alors que les perspectives céréalières sont prometteuses dans cette région, les agriculteurs font face à deux préoccupations majeures.
Il s’agit tout d’abord de l’électrification rurale et du transport, notamment lorsqu’il s’agit de l’acquisition des semences auprès de la CCLS et au moment de l’écoulement de la récolte, selon des sources au fait du dossier de l’agriculture. Cependant, la filière de la céréaliculture, au demeurant stratégique dans la cette région des Aurès, a connu plusieurs actions initiées par les pouvoirs publics notamment en matière d’attribution d’arrêtés de concession pour la mise en valeur, ouvertures de pistes, extension du réseau électrique aux périmètres agricoles. Alors que plus de 3 000 forages sont exploités actuellement par les agriculteurs, le soutien public au fonçage a concerné un taux de plus de 20% de ces forages, ainsi que l’acquisition des équipements nécessaires à l’irrigation, des engins tels les semoirs, les épandeurs d’engrais et autres.
Le soutien public à la production de céréales vise à concrétiser un objectif de deux millions de quintaux.
Par ailleurs, l’extension des capacités de stockage des céréales dans la région de Babar (sud de Khenchela) dont le rendement dépasse les 30 quintaux/ha, permettra certainement d’éviter aux agriculteurs d’acheminer leurs récoltes sur de longues distances. Enfin, il importe de rappeler que deux importants projets ont été entamés dans la wilaya concernant un complexe de stockage d’une capacité de 300 000 quintaux et un second complexe de traitement et de stockage des céréales prévu dans la commune rurale de Rmila.
Avec ces deux structures, la wilaya de Khenchela pourra désormais stocker sa production localement de manière définitive.