Une peine de cinq années de prison ferme a été prononcée jeudi par le tribunal criminel près la Cour de Ouargla à l’encontre de trois individus pour port d’armes et détention de munitions sans autorisation des autorités compétentes. Dans cette même affaire, le tribunal de Ouargla a également retenu des griefs contre le dénommé M.H.Ch (43 ans) pour sortie illégale du territoire national et contre H.T (53 ans) et M.Dj (33 ans) tous deux de nationalité nigérienne, pour entrée illicite sur le territoire algérien. Selon l’arrêt de renvoi, l’affaire remonte au mois de mai 2018 lorsqu’une patrouille de l’Armée nationale populaire avait intercepté, dans la région de Djanet (Illizi), un véhicule tout terrain avec à son bord les trois individus précités, et découvert, dissimulé dans un sac de dattes, une arme automatique de type Kalachnikov, deux chargeurs vides et 37 balles de calibre 7,62 mm, ainsi que trois futs contenant 600 litres d’essence. Les mis en cause dans cette affaire ont avoué qu’ils étaient en route pour le Niger en provenance de Libye lors de leur interception. Les investigations ont démontré que leur voyage en Libye avait pour objectif de rallier une organisation terroriste. Le représentant du ministère public avait requis dans cette affaire la prison à vie contre H.T et des peines de 20 ans de prison ferme contre M.H.Ch et M. Dj.