Des responsables de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) ont été auditionnés, hier matin, par le juge d’instructions du Tribunal de Dar El Beïda pour présomption de corruption, ont indiqué des sources judiciaires proches du dossier.
L’ex-PDG, le Directeur des achats et le Directeur finances et de la comptabilité sont les trois responsables qui doivent répondre d’accusations de «dilapidation de deniers publics, octroi de privilèges indus, surfacturation des achats, fausses déclarations, signature de contrats en violation de la réglementation». Le Directeur général de la PCH, le Directeur des achats et le Directeur Finances et Comptabilité auraient été auditionnés ce dimanche par le juge, à l’issue d’une enquête préliminaire menée par la section de recherche de la Gendarmerie de Bab Djedid, à Alger. Une série d’accusations pèse sur le Directeur général de la PCH et ses «collègues» qui seraient impliqués dans des affaires de corruption, dilapidation de deniers publics, octroi d’indus avantages, violation de la législation et de la réglementation concernant les mouvements de capitaux à destination et en provenance de l’étranger, fausses déclarations dans les factures d’importation. La Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), faut-il le souligner, est un établissement public à caractère industriel et commercial (Epic), mis sous la tutelle du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Sur le site de la PCH, il est indiqué que «dans le cadre de la politique nationale de santé, la PCH a pour mission l’approvisionnement et la distribution des produits pharmaceutiques aux établissements de santé implantés au niveau de l’ensemble du territoire national». La PCH est également investie des missions de service public liées à la constitution d’un stock stratégique et d’un stock Orsec», ajoute la même source.
Récemment, c’est une nouvelle structuration qui a été apportée à l’organisation de la PCH, appelée visiblement à opérer sa transformation pour s’adapter aux nouvelles réalités du pays. C’est dans cette perspective qu’une nouvelle organisation de ses annexes régionales a été initiée suite à un arrêté ministériel prévoyant, en tout, une dizaine d’annexes à travers le territoire national, couvrant ainsi un certain nombre de wilayas. n