Le pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a reporté, mercredi, au 9 mars prochain, le procès des accusés dans l’affaire du groupe agroalimentaire «Benamor». Le procès a été reporté en raison de l’absence, pour des raisons de santé, de l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal poursuivi dans l’affaire Benamor. Sont poursuivis dans l’affaire du groupe Benamor, plusieurs anciens responsables, dont les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, et l’ancien ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaissa pour dilapidation de deniers publics, blanchiment d’argent, obtention d’indus avantages et exploitation illégale de terres agricoles.

10 années de prison requises à l’encontre de Mustapha Layadi
Par ailleurs, le Procureur de la République près le Pôle pénal économique et financier du Tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a requis une peine de 10 ans de prison assortie d’une amende de 300.000 DA à l’encontre de l’ancien wali de Médéa, Mustapha Layadi, avec confiscation des biens saisis dans cette affaire. Mustapha Layadi est poursuivi pour corruption, abus de fonction et dilapidation de deniers publics. Dans sa plaidoirie, le Procureur de la République a affirmé que les délits pour lesquels est poursuivi Mustapha Layadi sont «irrévocables», dont «l’octroi de concession d’un foncier d’une superficie de 5.000 m² à Berrouaghia (Médéa) à son dernier jour à la tête de la wilaya Médéa». Selon les enquêtes menées, la demande d’obtention du foncier «ne portait pas la signature de la société bénéficiaire» de même qu’«elle n’était pas immatriculée dans le registre de commerce le jour des faits», a précisé le Procureur de la République. Cette affaire, où un ancien chef de service à la wilaya de Médéa a été auditionné en tant que témoin, se poursuit par les plaidoiries du collectif de défense de l’accusé.