Le Pôle pénal spécialisé dans la lutte contre le crime financier et économique près le Tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a reporté, lundi, pour la troisième fois consécutive, le procès de l’ancienne ministre de la Poste et des Télécommunications, Imane Houda Faraoun, au 11 octobre à la demande du collectif de défense en raison de l’absence de traducteurs.
Placée en détention provisoire à l’établissement pénitentiaire de Koléa (Tipasa), Imane Houda Faraoun est poursuivie pour des chefs d’accusation liés à la corruption, dont dilapidation de deniers publics, octroi d’indus privilèges et abus de fonction. L’ancienne ministre de la Poste est impliquée dans plusieurs dossiers, dont le projet d’un million de lignes internet haut débit ayant occasionné au Trésor public une perte de plus de 73 millions USD, en sus du dossier d’octroi d’indus avantages à la société Mobilink, appartenant aux frères Kouninef, poursuivis également dans des affaires de corruption. Sont poursuivis également dans cette affaire, 9 anciens cadres du secteur durant la période où Imane Houda Faraoun était à sa tête.
Le même pôle pénal spécialisé a, également, reporté au 25 octobre prochain le procès de l’ancien ministre de la Jeunesse et des sports, Mohamed Hattab. Ce report intervient suite à l’absence de certains accusés. Mohamed Hattab est poursuivi dans cette affaire pour des chefs d’accusation liés à la corruption lorsqu’il était wali de Mostaganem.