PAR NAZIM B.
L’auteur de la vidéo haineuse dans laquelle il a appelé «à rayer la Kabylie de la carte» a été condamné, hier, par le tribunal de la ville d’Annaba à une peine de 8 mois de prison ferme assortie d’une amende de 100 000 DA.
Le dérapage de cette personne, connue sous le surnom de «Rayfa», a été commis au moment où le pays vivait une situation de crise suite aux incendies déclarés dans plusieurs wilayas et durant laquelle a eu le lynchage et l’assassinat de Djamel Bensmaïl à Tizi Ouzou.
Suite à cette dérive, la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH) a déposé plainte auprès du procureur de la République d’Annaba.
Dans son communiqué, diffusé le 17 août, l’organisation a dénoncé l’utilisation de la tragédie nationale et l’effet de choc provoqué par l’inqualifiable assassinat de Djamel Bensmaïl par certaines personnes pour «cracher leur venin et distiller leur haine contre les habitants de toute une région du pays».
Dans le prolongement de son action, la LADH a réagi hier à l’annonce de verdict en appelant les autorités à lancer l’observatoire national de prévention de la discrimination et du discours de la haine créé en vertu de la Loi 20-05 d’avril 2020.
«Un organe plus que jamais nécessaire pour venir à bout de ces attaques qui tentent de diviser les enfants d’un seul et même pays, que nos ancêtres chouhada ont défendu sans aucune distinction ni aucune forme de régionalisme», a relevé la LADH.
En attendant le lancement de l’observatoire national, la LADH annonce la création d’une commission interne pour la lutte et la prévention contre la discrimination et le discours de la haine. Cette commission est composée du professeur Abdelali Haha, en tant que président, Adel Messaoudi, vice-président, ainsi que le Dr. Moussaoui Ali, Maîtres Bensaïd Lakhdar, Hidjazi Ahmed, Ben Labed Abdelkrim et Kebir Fayçal, en qualité de membres de la commission.
Pour la LADH, «aucun discours discriminatoire ou haineux, d’où qu’il vienne, ne devrait être toléré».