L’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal a été entendu, hier matin au Tribunal de Sidi M’hamed, par le juge d’instruction de la troisième chambre du pôle judiciaire d’Alger, spécialisé dans les questions de corruption financière et économique. L’ex-responsable, déjà condamné dans plusieurs affaires liées à la «corruption», était auditionné aux côtés de l’ancien ministre des Ressources en eau Arezki Berraki, dans le cadre de supposées malversations dans la gestion du secteur de ressources hydrauliques durant la présidence Bouteflika. Pour rappel, l’ex-ministre Arezki Berraki avait été placé en détention provisoire le 17 juin dernier à la demande du même pôle pénal d’Alger.
En effet, il apparaît, selon les informations rapportées hier par le quotidien Echorouk, que la justice ferait un lien entre les «affaires» des deux anciens responsables politiques. Arezki Berraki, qui serait également poursuivi en tant qu’ancien Directeur de l’Agence nationale des barrages et des transferts (ANBT) entre 2015 et le mois de janvier 2020, serait soupçonné d’acte de «corruption» mais également de «dilapidation de l’argent public» et de «mauvaise gestion». Toutefois, et bien que les deux dernières accusations soient également adressées à Abdelmalek Sellal, selon plusieurs organes de presse, aucune information officielle n’a pour le moment été communiquée.
Pour rappel, Abdelmalek Sellal, ancien Premier ministre à deux reprises, septembre 2012 – mars 2014, puis avril 2014 – mai 2017, avait également été ministre des Ressources en eau entre 2009 et 2012. Un parcours politique, stoppé à la suite à son arrestation en mai 2019 et ses multiples condamnations dans plusieurs affaires liées à la corruption. L’ex-responsable actuellement en détention avait notamment été condamné à des peines de huit et cinq ans de prison ferme dans la cadre de liens d’intérêt, de corruption et d’indus privilèges accordés aux hommes d’affaires Ali Haddad et Mahieddine Tahkout.