Le procès en appel de l’ancien ministre de la Justice Tayeb Louh et des autres accusés poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation, dont abus de confiance, trafic d’influence et entrave au bon déroulement de la Justice, s’est ouvert hier à la Cour d’Alger.
Les accusés dans cette affaire dans laquelle sont poursuivis Tayeb Louh et l’ancien inspecteur général du ministère de la justice, Tayeb Belhachemi ainsi que Tarek-Noah Kouninef, ont été entendus au début du procès.
A la suite de quoi, le procureur général près la Cour d’Alger a requis une peine de 10 ans de prison ferme à l’encontre de l’ancien ministre de la Justice Tayeb Louh, poursuivi pour abus de confiance, trafic d’influence et entrave au bon déroulement de la Justice.
La même peine a été requise contre l’ancien inspecteur général du ministère de la Justice Tayeb Belhachemi, et contre l’homme d’affaires Tarek-Noah Kouninef, avec confiscation de tous les biens et comptes bancaires saisis dans le cadre de cette affaire.
Lors de l’interrogatoire, Tayeb Louh a nié avoir exercé des pressions sur les juges et être intervenu en faveur de Tarek-Noah Kouninef, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt. Les autres accusés dans cette affaire ont également nié les accusations portées contre eux.
Le procès se poursuit avec les plaidoiries du collectif de défense des accusés.
Le pôle pénal financier et économique du tribunal de Sidi M’hamed (Alger) avait pour rappel condamné Tayeb Louh et Tarek-Noah Kouninef respectivement à 3 ans et 4 ans de prison ferme. L’ancien inspecteur général du ministère de la Justice a écopé d’une peine de deux (02) ans de prison ferme.