Défaite 3-0 à l’aller, victoire 4-0 au retour. Le scénario abracadabrantesque de la qualification de Liverpool face au Barça, mardi soir, est salué en un mot par la presse britannique hier: «miracle». En Espagne, la présentation du fiasco catalan diffère entre journaux barcelonais et madrilènes, tandis que Jürgen Klopp est gratifié d’un surnom de circonstance en Pologne.
Quatorze ans après le fameux miracle d’Istanbul, Liverpool a refait le coup. Les Reds ont encore remonté trois buts, sur une double confrontation cette fois, dans le dernier carré de la Ligue des champions. Le mot «miracle» est ainsi très présent en Une des quotidiens britanniques, comme sur celle du Daily Mirror par exemple, pour souligner l’exploit retentissant des Scousers, battus 3-0 en demi-finale aller et tombeurs 4-0 du Barça mardi soir à Anfield.
En Espagne, la presse madrilène est plus sobre que son homologue catalane, dans sa critique de la performance du FC Barcelone. Marca évoque ainsi un «échec historique». Pour As, c’est un «(coup de) tonnerre à Anfield», tandis que les journaux barcelonais insistent sur l’aspect émotionnel de ce camouflet. Sport pointe du doigt l’élimination la «plus ridicule de l’histoire» du club blaugrana, alors que Mundo Deportivo titre «Sonrojo» que l’on peut traduire dans ce contexte par «rouge de honte».
Le média argentin Olé met, quant à lui, en avant sa star, Lionel Messi, associant son visage incrédule au «coup du siècle (El golpe del siglo)» qu’il vient de subir, impuissant. Enfin, le journal polonais Przeglad Sportowy s’essaie au jeu de mot, en saluant «Jürgen Klopperfield». Une référence au prestidigitateur américain David Copperfield que l’on peut imaginer double, Jürgen Klopp et les siens ayant réalisé un tour de magie, qui plus est à Anfield.

Klopp n’en revenait pas
Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. Dos au mur après leur demi-finale aller face au Barça (3-0), Liverpool a réalisé l’invraisemblable, ce mardi, à Anfield. Dans une ambiance unique, les Reds se sont qualifiés au terme d’un match tout simplement exceptionnel (4-0). Pour commenter cet exploit, qui rentre tout droit dans l’histoire du club et de la Ligue des champions, Jürgen Klopp a longuement cherché ses mots.
«Ça fait 19 ans que je suis entraîneur et je ne peux pas me souvenir d’un match comme ça», explique tout d’abord l’entraîneur allemand. «C’est un mélange de ces joueurs exceptionnels qui jouent dur sur le terrain, de ce club magnifique et des supporters qui créent cette ambiance particulière. On joue pour ces moments, c’est quelque chose d’incroyable, de très émouvant.
C’est pour ça qu’on travaille pendant toute notre carrière, pour ces moments très spéciaux. Réussir quelque chose comme ça n’arrive pas souvent, c’est très spécial», poursuit-il au micro de RMC Sport.