La 8e édition des Journées du «théâtre du Sud», qui se poursuit jusqu’au 29 mars au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi, a été marquée, lundi passé, par la présentation de la pièce «Nouara», de l’association culturelle des arts de Tamanrasset, ainsi que de la pièce intitulée «El oued el gharbi», produite par l’association «Alwane» de Naâma en collaboration avec le Théâtre régional de Saïda.

Présentée parmi les six pièces retenues en compétition officielle, «El oued el gharbi», est une comédie satirique mettant en scène deux personnages, Lahlali et Lounès, respectivement incarnés par les comédiens Merouane Tilouli et Kadda Djenah, qui traite du sujet récurrent du conflit de génération et de l’influence culturelle étrangère sur la jeunesse.
La pièce basée sur le texte d’Anis Hour est l’occasion de dresser un «constat sur un ordre social rejeté par une jeune génération, obstinée à l’idée de bousculer cet ordre en s’ouvrant à d’autres cultures progressistes», souligne le metteur en scène Kadda Djenah à l’APS.
Interprétés en arabe dialectal, loquace et riche en métaphores, les deux personnages s’accusent tout au long de la représentation de briser la volonté et d’imposer, l’un à l’autre, son mode de vie. Les deux personnages ont évolué durant environ une heure de représentation dans un décor minimaliste, la scénographie se limitant à un mur illustrant le fossé générationnel et l’enfermement dans ses idées. Le metteur en scène a également fait le choix d’illustrer l’espace et le temps à travers l’alternance du jour et de la nuit par la lumière, l’ensemble de la pièce étant bâtie sur l’opposition des contraires.
 Cette manifestation, qui a débuté dimanche passé, avec l’objectif de médiatiser et promouvoir le travail des troupes de théâtre du sud pays auprès du public de la capitale, a convié les amateurs de théâtre tout au long de cette semaine à assister aux représentations de troupes venues de plusieurs régions du sud algérien, à l’instar de Tamanrasset, Adrar, Naâma, Biskra, El Bayadh, Laghouat, Djelfa, Tindouf et Touggourt. Le Soudan, pays invité d’honneur de cette 8e édition, clôturera la manifestation jeudi prochain avec la troupe «Ritadj» qui présentera sa pièce «Ahdjiba iliktrouniya».
En marge des représentations, «Les Journées du théâtre du Sud» organisent également cette année des ateliers de formation, encadrées par le metteur en scène irakien Fadel Soudan. Des conférences sont aussi programmées lors des matinées sur des thématiques en rapport avec la pratique du théâtre.
Pour rappel, lors de la cérémonie d’ouverture, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, avait annoncé, dimanche passé la tenue «des Journées théâtrales du Nord» au sud du pays dès l’automne prochain». Ajoutant que «ce type d’initiative était aujourd’hui possible avec l’ouverture de nouveaux théâtres dans le sud du pays». Le ministre de la Culture a également réitéré le soutien financier et l’accompagnement de son département à toute action théâtrale émanant des troupes théâtrales du pays, notamment dans le Sud, pour recréer une dynamique culturelle «pérenne» et «continue».