Dans le cadre du programme «Eté d’Algérie 2018», l’Onci organise jusqu’au 18 août prochain les journées culturelles du Sud, dans la ville de Tipsa sous le slogan «Notre patrimoine…notre identité», avec au programme des soirées musicales et des expositions d’artisanat. L’évènement a connu dès son ouverture, avant-hier, un grand succès auprès des estivants présents dans la ville côtière.

Les journées culturelles du Sud, organisées par l’Office national de la culture et de l’information (Onci), ont débuté, avant-hier soir, au port de Tipasa, dans une ambiance festive avec une scène musicale installée au milieu du port. Un public nombreux était présent, pour assister à cette soirée d’ouverture exceptionnelle animée par les deux wilayas vedettes de la soirée, en l’occurrence Illizi et Adrar. Les artistes de la wilaya d’Illizi ont été les premiers à entrer sur scène, avec la troupe folklorique Ithrane et les troupes artistiques Aoud et qitar el moussiqia, tous vêtus de leurs tenues traditionnelles. La voix des artistes entonnant les chants séculaires du Sud, était portée par la brise marine au-delà de l’espace du port qui a connu l’affluence des grands jours.

Après cette première partie, saluée par de chaleureux applaudissements du public, les représentants de la willaya d’Adrar ont pris le relais avec les membres de l’Association culturelle pour la créativité culturelle antique, qui a mis le feu à la scène. L’ambiance est montée d’un cran avec le passage sur scène des troupes Tarti et Ahlil, également ovationnées par les mélomanes présents

Le public, venu nombreux et en famille, a été enchanté de découvrir cette culture qui fait partie de l’identité nationale. «Je suis venu de Batna, avec ma famille. Nous sommes passés au port comme par hasard et nous avons été attirés par cette musique, alors nous avons décidé de faire un saut. Je peux vous dire que nous ne sommes pas déçus», a déclaré Salem, un touriste de Batna, ajoutant qu’«avec mes enfants nous faisons le tour des stands pour leur apprendre et leur faire connaître cette culture qui fait partie de nous». En marge des soirées musicales, et jusqu’au 18 août dans le cadre du programme «Eté d’Algérie 2018», en plus de partager leur patrimoine musical, les willayas du Sud partageront également leur savoir-faire artisanal.

Ces journées, placées sous le thème «Notre patrimoine…notre identité», ont vu de nombreux touristes et visiteurs franchir les kheymas à la recherche de souvenirs du Sud tels que des objets cuir, bijoux traditionnels, poterie ainsi que des objets anciens à base de sable, des sculptures sur bois, la maroquinerie, la broderie et tissage traditionnels et autres spécialités de la région. «Nous avons organisés ces journées avec nos frères du Sud afin qu’ils partagent avec nous leurs culture et patrimoine. Cela leur permet également de vendre leurs produits aux visiteurs.

Cette initiative nous la relançons chaque année dans plusieurs willayas du pays», dira Noura Bettil, chargée des activités culturelles à l’Onci. Pour sa part, Salah Barkat, artisan d’Adrar, confie qu’«en tant qu’artisans nous avons des conditions vraiment difficiles. Nous souffrons énormément dans le Sud. J’ai appris tout seul le métier et je n’ai jamais été à l’école. Nous n’avons pas de lieu ou travailler ni de rémunération. Je travaille un peu à la maison afin de subvenir aux besoins de la famille. L’Etat nous a promis une aide mais à ce jours nous n’avons rien vu…

Le wali m’a déjà honoré pour mon travail professionnel. Mais la vie n’est pas évidente dans Sud, nous avons besoin d’un coup de main. Je lance un appel aux autorités afin de faire quelque chose pour améliorer notre situation, Il est temps de penser aux régions du Sud algérien qui n’ont rien, qui sont délaissées et mises de côté».