Les enfants sont aussi les grandes victimes de la pandémie de la Covid-19. Une mise en garde lancée vendredi dernier par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) à la veille de la Journée mondiale de l’enfance, hier samedi.
Dans un nouveau rapport, l’organisation onusienne met surtout l’accent sur les risques que fait peser la pandémie sur la santé et l’éducation des enfants, menacés à la fois par la malnutrition (pour les enfants issus de familles précaires) et par le décrochage scolaire.
«Tout au long de la pandémie de la Covid-19, il y a eu un mythe persistant selon lequel les enfants sont à peine touchés par la maladie. Rien n’est plus éloigné de la vérité», s’est opposé Henrietta Fore, directrice exécutive de l’Unicef. Mme Fore s’est exprimée à l’occasion de la publication du rapport. «Plus la crise se prolonge, plus son impact sur l’éducation, la santé, la nutrition et le bien-être des enfants est profond. L’avenir de toute une génération est en danger», a-t-elle ajouté.
Le rapport de l’Unicef intitulé «Prévenir une génération perdue de la Covid» est le premier document du Fonds des Nations unies pour l’enfance, notent les observateurs, à décrire de manière exhaustive les conséquences désastreuses et croissantes pour les enfants alors que la pandémie se prolonge et va sur sa deuxième année.
Le document montre que si les symptômes chez les enfants infectés restent bénins, l’impact à long terme sur l’éducation, la nutrition et le bien-être de toute une génération d’enfants et de jeunes peut changer leur vie. Il constate qu’au 3 novembre, dans 87 pays disposant de données ventilées par âge, les enfants et les adolescents de moins de 20 ans représentaient 1 sur 9 des infections par la Covid-19, soit 11% des 25,7 millions d’infections signalées par ces pays. Le rapport fait aussi observer une baisse de 40% de la couverture des services de nutrition pour les femmes et les enfants dans 135 pays. En octobre 2020, 265 millions d’enfants ne bénéficient toujours pas de repas scolaires dans le monde. Plus de 250 millions d’enfants de moins de 5 ans pourraient ne pas bénéficier des bienfaits des programmes de supplémentation en vitamine A, qui protègent leur vie. De plus, 65 pays ont signalé une diminution des visites à domicile par les travailleurs sociaux en septembre 2020, par rapport à la même période durant l’année dernière.
Le rapport de l’Unicef fait également valoir qu’en novembre 2020, 572 millions d’élèves sont touchés par 30 fermetures d’école, soit 33% des élèves inscrits dans le monde entier. <