A l’instar des autres pays de la planète, l’Algérie a célébré hier la Journée mondiale de lutte contre le sida. Plusieurs manifestations destinées à l’information de l’opinion ainsi qu’à la sensibilisation à la prévention ont été ainsi programmées dans le pays.

Des ateliers ainsi que des rencontres ont ainsi été organisés par les différentes directions de la santé à travers le pays. Ces manifestations ont été focalisées sur la sensibilisation aux dangers du VIH ainsi que sur la nécessité de ne pas stigmatiser les malades et de recourir aux bonnes pratiques de protection contre la maladie, en particulier chez les personnes à risques. Le point d’orgue de cette journée a sans doute été atteint par la campagne de sensibilisation « Yed fel Yed » (la main dans la main), organisée par la Chaîne III de la Radio nationale avec le soutien de plusieurs acteurs institutionnels et associatifs dont l’Onusida, l’Unicef, l’ONDA et autres.
Ce programme de sensibilisation a connu, hier, deux moments forts, la formation de la « chaîne humaine de solidarité » contre le sida, en milieu de matinée, à l’Esplanade Riyad El Feth puis le gala artistique à la salle Ibn Zeydoun.
Un spectacle festif et pédagogique qui a associé de nombreux artistes algériens impliqués dans la lutte contre cette pathologie et la stigmatisation des personnes atteintes. Un engagement, aussi, plus que jamais d’actualité car la maladie, en dépit des efforts de prévention et de lutte consentis, continue de progresser, certes à un rythme moins effrayant que durant le passé, mais suscitant toujours les plus vives inquiétudes.
En Algérie, à la veille de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le laboratoire de l’Institut Pasteur a révélé le recensement de plus de 700 nouveaux cas durant le premier semestre de l’année en cours. Sur les 723 nouveaux cas, 379 ont été recensés parmi les hommes. Un total cumulé de 11 385 personnes, dont 6 347 hommes, a été diagnostiqué séropositif pour le VIH depuis le début de l’épidémie en 1985 jusqu’au 30 septembre 2017. A cette date, ce sont 10 219 personnes vivant avec le VIH, dont 674 enfants de moins de 15 ans, qui sont sous traitement antiviral, soit une couverture ARV de 78%, selon le Spectrum de l’Onusida-Algérie.
Dans la wilaya d’Alger, 82 cas des deux sexes (adultes et enfants) ont été enregistrés durant le premier semestre de l’année en cours, selon la Direction de la santé. Citant des cas déclarés parmi les ressortissants africains, dont près de 6 000 ont subi un examen de dépistage, 79 cas ont été recensés après un dépistage précoce de la maladie effectué au niveau de plusieurs hôpitaux. Selon le représentant du Programme Onusida Algérie, Adel Zeddam, l’Algérie a consacré des efforts et engagements politiques pour lutter contre cette épidémie à travers la mise en place d’une commission nationale et d’un plan stratégique pour faire face à cette maladie. « Le gouvernement a consacré, dans le cadre du Plan stratégique national de lutte contre le sida, 95 % d’un montant global estimé à 157 millions de dollars pour la prise en charge du sida et le soutien de certaines organisations internationales », a-t-il fait savoir. En ajoutant que l’Algérie a réaffirmée le maintien du thème « zéro but » à l’horizon 2030 et son engagement politique à lutter contre cette épidémie ainsi que la préservation des priorités élaborées par le programme national de lutte contre le sida et le plan national stratégique.