La nouvelle loi sur la retraite est officiellement entrée en vigueur à la faveur de sa publication dans le Journal officiel.

La loi n° 16-15 du 31 décembre 2016 modifiant et complétant la loi n° 83-12 du 2 juillet 1983 relative à la retraite a été publiée hier dans le Journal officiel numéro 78. Après son adoption par les deux Chambres du Parlement, la loi est maintenant promulguée et a pour effet d’instituer l’âge de départ à la retraite à 60 ans. Désormais, « le travailleur prétendant au bénéfice de la pension de retraite doit obligatoirement réunir les deux conditions suivantes : être âgé de soixante (60) ans, au moins [Toutefois, la femme travailleuse peut être admise, à sa demande, à la retraite à partir de l’âge de cinquante-cinq (55) ans révolus] ; avoir travaillé pendant quinze (15) ans, au moins », écrit l’article 6 de la loi. Aussi, pour pouvoir bénéficier de la pension de retraite, le (la) travailleur (se) doit avoir accompli un travail effectif dont la durée doit être, au moins, égale à sept ans et demi (7,5) et versé les cotisations de la sécurité sociale. Pour sa part, « le (la) travailleur (se) occupant un poste de travail présentant une haute pénibilité peut bénéficier de la pension de retraite avant l’âge prévu à l’article 6, après une durée minimale passée à ce poste ». La liste des postes de travail et les âges correspondants ainsi que la durée minimale passée dans ces postes […] sont fixés par voie réglementaire ». Si le système de retraite est formellement régi par la loi 16-15, il n’en demeure pas moins que dans la pratique, et « sans préjudice des dispositions de la présente loi et pour une période transitoire de deux (2) années, le bénéfice de la pension de retraite peut être accordé avec jouissance immédiate lorsque le travailleur salarié a accompli une durée de travail effectif ayant donné lieu à versement de cotisations égales à trente-deux (32), ans au moins, et atteint ou dépassé l’âge minimal fixé ci-après : à cinquante-huit (58) ans en 2017 ; à cinquante-neuf (59) ans en 2018 ».