La Les athlètes algériens ont chuté l’un après l’autre lors des Jeux Olympiques 2020 de Tokyo (Japon). Ce n’était pas vraiment surprenant tant les responsables n’ont pas mis les moyens requis pour que nos représentants puissent briller dans les 14 disciplines. Néanmoins, il y avait quelques sportifs à potentiel. Parmi eux, il y a la boxeuse Imane Khelif qui pouvait réaliser l’exploit. Cela ne se produira malheureusement pas puisqu’elle a été sortie à une marche de la médaille de bronze en s’inclinant en quart de finale.

Par Mohamed Touileb
Elle savait déjà. Khelif avait cité sa tombeuse parmi les adversaires redoutables sur son chemin vers le podium des Olympiades. Exemptée du premier tour, elle a hérité de la Tunisienne Hormani pour les 1/8. Elle a pu facilement se débarrasser de cette dernière pour se hisser dans le Final 8. Une étape dans laquelle elle a retrouvé Harrington Kellie Anne (Irlande).
Une sacrée cliente puisqu’il s’agit de la Championne du Monde 2018. A 31 ans, elle avait bien plus d’expérience que Khelif qui n’a que 22 ans. Avec 9 ans de plus sur le circuit et deux JO de plus dans le CV, la mission semblait compliquée comme l’Algérienne s’y attendait. Avant de s’envoler vers Tokyo, la sociétaire de l’équipe de la Sécurité Civile imaginait déjà son parcours. « Il faut savoir que mon classement me permet d’éviter d’affronter les favorites d’emblée. Je suis classée dans le Top 5 mondial dans ma catégorie. Mais je sais qu’il y aura de boxeuse de haut niveau face à moi. Je citerais la Brésilienne Beatriz Ferreira, championne du Monde 2019. Il y a aussi l’Irlandaise, championne du Monde en 2018 », avait-elle lâché.

Boxe : une disette qui dure depuis Sydney 2000
Les deux noms qu’elle a cités se retrouvent dans le carré d’as de la compétition. Mais pas elle. La brésilienne et l’Irlandaise peuvent même se retrouve dans la finale de la catégorie programmée pour le 07 août prochain. C’est certainement la première véritable désillusion de la carrière de Khelif. Une contreperformance qu’elle essayera de digérer pour repartir de l’avant et être apte pour reconquérir les devants de la scène pugilistique féminine. Surtout que la native de Tiaret n’a pas caché le fait que son « but c’est d’être championne du Monde en 2021 in cha Allah.»
Pour son crochet sur les terres japonaises, elle a pu se rendre compte du travail qui reste accomplir pour franchir ce cap et venir titiller la concurrence. L’élimination de Khelif vient clôturer l’aventure pour les 08 boxeurs (5 hommes et 3 femmes) qui ont pris part aux JO nippons. Depuis Sydney 2000, la boxe Dz n’a plus décroché de podium. Frustrant pour une discipline qui a ramené 6 des 17 médailles de l’Algérie dans ce rendez-vous. Seule l’Athlétisme a ramené plus de distinctions (9). Khelif devra se remettre d’aplomb et travailler dans le but de décrocher le « top 3 » aux Jeux Olympiques 2024 à Paris (France). Son âge et sa marge de progression rendent ce rêve plus que possible. n désillusion d’Imane Khelif