Les instances olympiques russes ont confirmé hier la participation sous bannière olympique des sportifs russes aux Jeux d’hiver 2018 de Pyeongchang, une semaine après la suspension du pays par le Comité international olympique (CIO).

Puni, le comité olympique russe enverra tout de même ses sportifs aux JO d’hiver. «Tout le monde avait la même opinion: nos sportifs doivent aller en Corée du Sud et chercher à remporter la victoire pour la gloire de la Russie. Les sportifs russes ont exprimé leur volonté de prendre part aux Jeux», a déclaré au cours d’une conférence de presse le président du ROC, Alexandre Joukov, lui-même suspendu par le CIO. «La réunion (du comité) olympique note qu’il respectera la volonté de chaque sportif. Le ROC prendra toutes les mesures nécessaires pour l’assistance financière, juridique, sportive de ceux qui prendront part aux Jeux comme de ceux qui seront refusés ou ne recevront pas d’invitation», a-t-il ajouté à l’issue d’une réunion du Comité olympique.

Une délégation de 200 athlètes ?
Le Comité international olympique (CIO) a décidé le 5 décembre d’exclure la Russie des JO 2018 de Pyeongchang, du 9 au 25 février, n’autorisant à participer que les sportifs russes «propres», sous de strictes conditions et sous la bannière olympique en raison du scandale de dopage institutionnalisé frappant le pays.
Alexandre Joukov a précisé que le Comité olympique russe se rendra à Lausanne le 15 décembre pour discuter des conditions d’admissibilités des athlètes russes, qui participeront aux Jeux sous l’appellation «Athlètes olympiques de Russie (OAR)». Selon lui, environ 200 athlètes russes pourraient participer aux Jeux, un chiffre équivalent à celui des Jeux de Sotchi en 2014 (226).
Le lendemain de la décision du CIO, le président russe Vladimir Poutine avait déjà annoncé que la Russie ne boycotterait pas les Jeux et n’empêcherait pas les sportifs qui le souhaitent d’y participer. Cette décision a été confirmée lundi par la présidente de la commission des sportifs du Comité olympique russe, l’escrimeuse Sofia Velikaya, qui avait annoncé lundi que «la majorité» des sportifs russes «veut participer aux Jeux».