A Rio de Janeiro en 2016, Michael Phelps prenait part à ses derniers Jeux Olympiques. Il en a profité pour rafler 6 médailles, dont 5 en or. C’est la même moisson récoltée par son compatriote Caeleb Dressel à Tokyo pour les JO 2020. Les Etats-Unis ont déjà trouvé le successeur de l’empereur des bassins.

Par Mohamed Touileb
1 m 88 pour 86 kg, Dressel est un beau bébé au magnifique destin. Après une initiation il y a 5 ans aux Olympiades de Rio et les deux médailles d’or remportées avec la « team USA » sur les relais 4X100m nage libre et le 4X100m 4 nages, il a eu son moment de gloire individuelle en terres japonaises. Le sprinteur a pu être sacré sur 50 et 100m nage libre ainsi que le 100m papillon dont il affectionne particulièrement.

Digne héritier de Phelps
D’ailleurs, lors de la finale de la spécialité, il avait sorti le grand jeu pour monter sur la plus haute marche du podium établissant une nouvelle marque mondiale. « J’ai participé à une course très amusante. Kristof Milak a parfaitement nagé, et je pense qu’on a fait tous les deux la course qu’on avait besoin de faire. C’était très serré, à deux dixièmes près, quelque chose comme ça (49’’45 contre 49’’68). Donc Kristof a réalisé une course magnifique et il a fallu un record du monde pour gagner la finale olympique. Et je ne pense pas que ça arrive tant que ça aux JO, compte tenu de la pression qui pèse sur tous les nageurs ici », avait-il réagi après sa consécration.
Certes, il n’a pas pu accomplir la razzia que Phelps avait réalisée en 2008 à Pékin (Chine) lorsqu’il a glané 8 titres olympiques sur autant possibles. Toutefois, à 24 ans, Dressel peut légitimement envisager de marcher sur les traces de la torpille américaine qui a totalisé 28 podiums sur 4 éditions des joutes planétaires dont 23 couvertes de métal jaune pour 2 bronze et 3 argent.
La confirmation au pays du Soleil Levant
Dressel aurait pu décrocher une sixième médaille dorée s’il n’y avait pas cette défaillance du relais 4x100m 4 nages mixte dans lequel les Américains ont fini à la cinquième place. En plus, le Floridien devait aussi prendre part au relais 4x200m avant d’y renoncer car le programme était trop chargé et il fallait savoir gérer les efforts. C’est là qu’on se rend compte que Phelps était un nageur hors du commun avec une faculté impressionnante à répéter les efforts au plus haut niveau et sous la plus grande des pressions dans les rendez-vous de cette envergure. Néanmoins, Dressel donne l’impression d’avoir le potentiel requis pour faire sa loi dans 3 ans à Paris pour les Olympiades 2024. Malgré la pandémie du Coronavirus qui a longtemps perturbé la préparation des athlètes, il a pu réaliser des perf’ grandioses en allant chercher un record du monde et 4 références olympiques. Il a confirmé son statut de favori pour les compétitions après ses superbes Mondiaux 2019 à Gwangju (Corée du Sud). Lors de cette étape mondiale, il avait raflé 6 médailles en vermeil et 2 en argent. La nouvelle star mondiale de la natation planétaire est sous vous yeux. Et le règne ne fait que commencer.