Avant de quitter Tokyo en fin de semaine, John Coates, président de la commission de coordination des Jeux Olympiques 2020, réclame un consensus suite au déplacement du marathon et de la marche à Sapporo.
John Coates a poursuivi hier sa pédagogie et sa diplomatie autour de la délocalisation des épreuves de marathon et de marche des prochains Jeux Olympiques d’été (24 juillet-9 août 2020) de Tokyo à Sapporo. « Nous devons nous assurer que les habitants de Tokyo sont pleinement informés », a notamment déclaré le président de la commission de coordination des JO 2020, précisant qu’il souhaitait un consensus autour de cette décision avant son départ de Tokyo en fin de semaine.
Des mots plus souples que ceux employés vendredi dernier au moment de qualifier de « finale » la décision de déplacer le marathon et la marche à Sapporo, à plus de 1 000 km au Nord de Tokyo. Les édiles de la capitale nippone avaient en effet vu d’un mauvais œil cette délocalisation, la gouverneure de Tokyo Yuriko Koike s’y opposant même officiellement malgré l’argument avancé par le CIO sur les fortes chaleurs pendant cette période. « Le CIO a été choqué par ce qu’il a vu à Doha (où viennent de se dérouler les Mondiaux d’athlétisme) dans des conditions très similaires à celles qui prévaudront à Tokyo en ce qui concerne la chaleur et l’humidité », avait déclaré John Coates à Tokyo la semaine dernière.