Le vélodrome olympique a vibré hier lorsque toute l’équipe d’Italie de cyclisme sur piste a repris à pleine voix «Fratelli d’Italia», l’hymne national qui saluait la victoire des poursuiteurs, avec Filippo Ganna, en finale par équipe contre les grands favoris danois. Le Danemark est tombé de haut!

En février 2020 aux Mondiaux de Berlin, dernier grand rendez-vous de l’élite mondiale avant le Covid-19, les Nordiques avaient outrageusement dominé la poursuite par équipe en battant trois fois de suite le record du monde. À Tokyo, ils ont perdu l’or qui leur semblait promis et ont vu de surcroît les Italiens leur ravir le record du monde, dans le temps de 3 min 42 sec 032/100 en finale. «La déception est immense», a reconnu Niklas Larsen, «nous nous sommes entraînés depuis tellement de temps dans le seul but de ramener l’or. Nous avons perdu contre l’Italie pour quelques centièmes de secondes.
Nous sommes effondrés mais nous sommes fiers de cette médaille d’argent». La finale, dans le vélodrome d’Izu, à 145 km de Tokyo, a été épique, suscitant l’enthousiasme des quelques centaines de supporters présents, dans une région où les mesures sanitaires ne sont pas aussi strictes qu’à Tokyo. Tout au long des quatre kilomètres, les deux équipes se sont tenues en quelques centièmes, passant alternativement en tête aux pointages. Puis, dans le troisième kilomètre, le Danemark a semblé faire le trou, avant que l’Italie ne revienne dans un finish d’enfer, pour s’imposer avec une marge de 166/100 de secondes.
Ganna enfin en or
Les Danois sont eux aussi largement passés sous leur ancien record du monde, qui datait des Mondiaux 2020, mais en vain. «Nous savions que le Danemark était très fort dans les trois derniers kilomètres, mais nous avions prévu quelque chose de spécial pour le dernier kilomètre», a raconté Filippo Ganna, sans entrer dans les détails. «Notre plan a bien fonctionné et voilà, nous avons la médaille d’or autour du cou!», a lancé le roi du contre-la-montre sur route, qui a oublié du coup la déception du chrono des Jeux olympiques, où il n’a terminé que cinquième d’une course remportée par Primoz Roglic.
Ce podium était le seul de la journée sur la piste, mais les sprinteurs en ont également décousu pour le début du tournoi individuel. Tous les grands noms sont qualifiés pour les 8e de finale, programmés jeudi: les Néerlandais Jeffrey Hoogland et Harrie Lavreysen, premiers ex aequo dans la matinée des qualifications en 9 sec 215/100, mais aussi le Britannique Jack Carlin, le recordman du monde de Trinité-et-Tobago Nicholas Paul, ou encore le champion olympique en titre, le Britannique Jason Kenny. Deux médailles sont attribuées jeudi: l’omnium des messieurs, avec le champion du monde français Benjamin Thomas en favori, et le keirin des dames. n