Le chef du parti Jil Jadid a appelé à la «raison» les manifestants du mouvement populaire pour le changement qui ont défilé, hier, à Alger. Djilali Soufiane, dans une déclaration à Reporters, a affirmé à ce propos «que la situation sanitaire actuelle doit inciter tout un chacun à la vigilance». «La santé des Algériens passe avant tout», a-t-il ajouté, en précisant qu’il est «avec ceux qui appellent à une trêve du mouvement populaire pour le changement et à la suspension des marches, en attendant que la menace de propagation du nouveau coronavirus disparaisse».
Pour le leader de Jil Jadid, «le Hirak s’inscrit dans la durée et ne suscite pas d’inquiétude quant au projet de changement qu’il défend». «Le mouvement a amorcé un processus qui demeurera à l’ordre du jour tant que l’objectif du changement n’est pas atteint. La situation sanitaire actuelle, elle, est un problème urgent qui demande une réponse urgente», a-t-il encore dit.
Au vu des données, a poursuivi Djilali Soufiane, «la situation créée par le risque de propagation du nouveau coronavirus nous met devant un problème de santé publique et de sécurité nationale. Cela requiert l’effort de tous par la suspension des marches et des rassemblements publics». «Je suis pour la suspension des actions publiques du mouvement populaire pacifique jusqu’à ce que les choses reviennent à leur état normal», a-t-il insisté. «J’ai été choqué de voir en matinée (d’hier ndlr) des gens sortir dans la rue avec le risque de rendre plus délicate la situation sanitaire exceptionnelle à laquelle nous faisons face aujourd’hui», a-t-il encore souligné
«Je ne crois vraiment pas qu’une trêve dans le contexte actuel affaiblirait le Hirak. Ce n’est pas une entrave pour un processus politique inscrit dans la durée», a-t-il conclu.