Jeudi, 13 janvier, les participants à une rencontre organisée par la chambre agricole locale sur «les techniques modernes pour le développement des cultures protégées» ont souligné l’importance de l’utilisation du textile non-tissé «comme alternative efficace au plastique» dans le secteur agricole.
«Le recours au textile non-tissé pour les cultures protégées est désormais plus qu’un impératif car bénéfique pour l’agriculteur, le produit agricole et l’environnement», a indiqué à ce sujet, à l’APS, Yacine Zeddam, secrétaire général de la Chambre de wilaya de l’agriculture.
Selon la même source, la wilaya de Jijel compte plus de 800 ha exploités pour la culture sous serre des légumes et la fraise, nécessitant annuellement le recours à plus de 1.600 tonnes de plastique, a expliqué le même cadre, notant qu’en 2021 le prix du plastique a augmenté de 75 % passant de 260 à 480 DA le kilo, augmentant ainsi les coûts de revient et, par ricochet, ceux des produits agricoles. Le textile non-tissé qui est un mélange de plastique et de fils qu’une micro-entreprise de la wilaya de Sétif a réussi à mettre sur le marché national, «est d’une qualité et d’un rendement meilleurs, outre sa préservation de l’environnement», a relevé M. Zeddam.
De son côté, Farid Alleg, représentant de l’entreprise productrice des textiles non-tissés «TNTex», a indiqué que son entreprise, entrée en production en 2018, a élargi ses activités au secteur médical (masques et tenues de protection) durant l’épidémie de Covid-19 et vient de se lancer en «leader» dans la production des textiles non-tissés à usage agricole, notamment pour les wilayas du Sud.
La spécificité de ce produit, développé avec un partenaire sud-coréen, est d’être un produit ami de l’environnement qui permet d’accélérer la maturité des divers légumes en leur offrant des conditions optimales de croissance en termes d’aération et de température et en les protégeant contre les insectes nuisibles, a-t-il précisé.