Une équipe de vétérinaires du parc animalier de Bordj Blida, dans la commune d’El Aouana (10 km à l’Ouest de Jijel) travaille à la concrétisation d’un projet d’insémination artificielle, visant certains animaux rares de ce même parc, a-t-on appris jeudi de sa gérante, Naïma Bouhlissa. Cette responsable a indiqué à l’APS que des travaux sont en cours pour mettre en œuvre ce projet en coordination avec le parc zoologique d’El Hamma (Alger) et des professeurs d’université, précisant que le projet ciblera, dans «une première étape», une femelle léopard noir se trouvant actuellement au sein du parc Bordj Blida et l’unique de cette espèce à l’échelle nationale. Pour sa part, la vétérinaire Yousra Gmiha, exerçant dans ce même parc, considère que la première étape précédant l’insémination artificielle a commencé il y a quelque temps par un suivi quotidien du comportement de la femelle léopard noir pour déterminer ses périodes de chaleur, son aptitude à se reproduire, ses cycles d’ovulation avec précision avant de procéder à l’insémination avec le sperme d’un mâle léopard noir de la même espèce, vivant dans le parc d’El Hama (Alger). Elle a déclaré que cette opération, menée en coopération avec un certain nombre de spécialistes du domaine nécessite une «observation minutieuse», soulignant à cet égard que «les ovules de la femelle léopard noir ne dépassent pas 6 heures contrairement aux spermatozoïdes mâles dont la durée de vie peut atteindre 24 heures». Mme. Gmiha a ajouté en outre que le choix du moment approprié pour l’insémination est primordial pour le succès de cette opération qui devra être effectuée «avant l’avènement de l’été prochain». A noter que le parc animalier de Bordj Blida d’El Aouana a été renforcé par la naissance de plusieurs animaux rares tels que le lama guanaco, le mouflon et les chèvres naines. n