Au rendez-vous de tous les Jeux Olympiques depuis ceux de Pékin en 2008, Usain Bolt ne sera pas de la partie à Tokyo, lui qui a pris sa retraite en 2017. Le recordman du monde sur 100 et 200m laisse un grand vide dans l’épreuve-reine des Jeux. Le tout alors qu’il se fait discret depuis sa tentative de reconversion dans le football…
12 août 2017. Pour la toute dernière course de sa carrière professionnelle, à l’occasion de la finale du relais 4 × 100 m des Mondiaux de Londres, Usain Bolt se claque. Une fin aussi brutale que le fut sa domination. Depuis, personne n’a fait mieux : le Jamaïcain détient toujours les records du monde sur 100 et 200 m, lui qui est le seul à avoir remporté l’or lors de trois olympiades consécutives sur ces deux distances. En 2008, 2012 et 2016, la star, c’était lui. Il en faut donc peu pour résumer le vide qu’a laissé «la Foudre» dans le monde de l’athlétisme et, évidemment, chez les fans des disciplines en question. Et à l’inverse ? Bolt avait toujours des fourmis dans les jambes après sa retraite. Mais il voulait les utiliser différemment. C’est donc une carrière… de footballeur que le sportif aujourd’hui âgé de 34 ans a tenté d’épouser. Le divorce a presque eu lieu avant le mariage.
UN DOUBLÉ EN AMICAL, APOGÉE DE SA CARRIÈRE FOOTBALLISTIQUE
En mars 2018, il s’est entraîné avec la formation allemande du Borussia Dortmund. Puis il a enchaîné avec le club norvégien de Strømsgodset IF en juin. Sans succès. Finalement, ce sont les Central Coast Mariners, en Australie, qui lui ont donné sa meilleure chance, avec une période d’essai démarrée en août mais stoppée début novembre, avant le début du championnat. Et ce malgré un doublé inscrit en match amical, début octobre.
«Nous nous sommes quittés en bons termes, et c’est une bonne chose. J’ai eu une belle expérience avec eux. Les gars étaient super – c’est juste qu’on n’a pas réussi à régler des choses sur le contrat, mais j’espère que j’aurai une autre chance avec une autre équipe», déclarait-t-il dans la foulée au Herald Sun. Mais d’autre chance il n’y a pas eu. Et en janvier 2019, il a définitivement clos ce chapitre éphémère, en même temps que sa carrière sportive.
«C’était une bonne expérience. J’ai vraiment apprécié faire partie d’une équipe, c’était très différent de l’athlétisme (…) Ma vie de sportif est terminée». Après ces mots prononcés pour Reuters, l’homme aux huit médailles d’or aux JO s’est concentré sur sa vie d’homme. En 2020, Bolt et sa compagne Kasi Bennett sont devenus parents d’une petite Olympia. Avant l’annonce de la naissance de deux jumeaux en juin dernier : Thunder et Saint Leo.
BOLT LE CRITIQUE
Usain le papa a toutefois conservé un œil attentif sur sa discipline. Attentif et… critique au moment d’évoquer le sprint jamaïcain, le 17 juillet dernier, de nouveau pour Reuters. «C’est décevant de voir ça. J’avais l’impression que nous avions une bonne cuvée avec nos athlètes lors des deux derniers Jeux Olympiques. Cela me dérange vraiment de constater où nous en sommes maintenant, alors que beaucoup d’autres nations sont devant nous», a-t-il regretté. Avant d’ajouter : «Je suis déçu parce que je pense que nous avons des talents. Il s’agit simplement de les faire fructifier et de faire en sorte que les athlètes travaillent dur». Un symbole de plus du vide laissé par l’intéressé, et d’une «Bolt-dépendance» qui dépasse d’ailleurs largement le cadre de son pays. Aucune individualité n’a pris la relève depuis son départ. Du moins pas dans des proportions «boltesques». Les Jeux Olympiques devront faire sans Usain Bolt pour la première fois depuis 17 ans. Le sprinter de légende fait lui sans l’athlétisme depuis quatre ans. Chacun a, progressivement, appris à vivre sans l’autre. n