Sid-Ali Khaldi n’est plus ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS). Celui qui avait succédé le 04 janvier 2020 à Salim Raouf Bernaoui n’a pas été retenu dans le gouvernement du nouveau Premier ministre. C’est Abderezzak Sebkak qui a été désigné à la tête du MJS.
Un an, 6 mois et 3 jours, c’est la durée de Khaldi au sein du gouvernement. Il aura survécu à 3 remaniements ministériels de l’ère d’Abdelaziz Djerad. Toutefois, avec la nomination d’un nouveau Premier ministre en la personne d’Aïmene Benabderrahmane, il y a eu une large revue dans les différents départements gouvernementaux.
Règne marqué par l’affrontement avec Zetchi
Khaldi n’a pas été gardé même s’il a souvent essayé de faire ses preuves depuis qu’il a été installé au poste. Son règne a notamment été caractérisé par le bras de fer avec Kheireddine Zetchi, ancien président de la Fédération algérienne de football (FAF). Khaldi a fait des pieds et des mains pour empêcher l’amendement de statuts de la FAF avec ceux de ka FIFA et suivre à la lettre le plan pour dégager l’ex premier responsable de la balle ronde algérienne.
Finalement, il aura gagné la bataille avec le boss de la FAF. Quelques mois plus tard, c’est lui qui perd sa valise de ministre en faveur d’Abderezzak Sebkak. Ce dernier n’a jamais été vraiment proche du sport circus Dz. Sur son CV, on s’aperçoit qu’il a été directeur général de l’Office national du Pèlerinage et de la Omra (ONPO) et un cadre au sein de l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC). Il sera d’emblée mis dans le bain avec le bilan, qui n’a pas de grandes chances d’être bon, des JO-2020 prévu du 23 juillet au 08 août à Tokyo (Japon). Sacré bizutage ! n