Par Rédaction Culturelle
La star latino de la pop et du cinéma  Jennifer Lopez, surnommée «Jlo», sera ce dimanche 2 février dans l’arène du Super Bowl à Miami, en compagnie de la chanteuse colombienne Shakira, pour assurer le spectacle lors de la mi-temps, moment fort de la télévision américaine suivi par des dizaines de millions de téléspectateurs dans le monde entier. Le show sera « plein d’énergie, très divertissant. Il y a des moments qui viennent du cœur », a-t-elle dit aux journalistes. Le spectacle de la Bomba Latina au Super Bowl couronne une riche année, où à 50 ans, elle s’est lancée dans une tournée et a obtenu des critiques dithyrambiques pour avoir incarné une strip-teaseuse à fort caractère dans le long métrage « Queens » et s’est fiancée à la star du base-ball à la retraite Alex Rodriguez.  « JLo » fait tout, ou presque. Elle est actrice, chanteuse, danseuse, productrice et femme d’affaires. Et elle dit qu’elle est habituée à « être la patronne ».  «Dans ma famille, personne n’était vraiment le chef de quoi que ce soit. Nous étions tous des chefs », avait-elle raconté au magazine Variety l’an dernier. « Mais je pense que ces dernières années, je me suis décidée à reconnaître ma propre valeur et à croire en moi, et à me dire, OK, tu mènes la barque », avait-elle ajouté. « Jenny from the block » est née en juillet 1969 dans le quartier du Bronx, à New York, de parents portoricains. Son père était gardien, sa mère femme au foyer (elle est plus tard devenue institutrice). JLo commence à prendre des leçons de danse et de chant dans sa jeunesse. Elle est alors embauchée comme danseuse dans une populaire émission de variétés, ce qui lui permettra de danser avec Janet Jackson et la mènera vers de petits rôles à la télévision. Elle perce vraiment en 1997, lorsqu’elle est choisie pour interpréter la célèbre chanteuse américano-mexicaine assassinée « Selena » dans le film éponyme.
Pas moins de 22 000 actrices étaient en lice pour le rôle remporté par Jennifer Lopez, qui devint la première actrice latina à gagner un million de dollars à Hollywood. Il y a peut-être 30 ans, on disait « oh, tu es latina, tu vas jouer des rôles d’hispanique, tu vas interpréter des femmes de ménage, tu seras cantonnée à cette petite catégorie », a-t-elle dit à Variety. Mais face aux clichés, elle a cru dur comme fer «que cette fille pouvait faire plus ». L’année après la sortie de « Selena », elle joue face à George Clooney dans «Hors d’atteinte », qui lui permet selon plusieurs critiques de montrer ses talents d’actrice. Puis en 1999,  elle sort son album « On the 6 », qui comprend les tubes « If You Had my Love », « Let’s Get Loud » et « Waiting for Tonight ». « JLo » a depuis vendu des dizaines de millions d’albums dans le monde, dont 10 millions rien qu’aux Etats-Unis. En parallèle, elle continue son aventure cinématographique, de l’énorme flop qu’a été « Gigli » (Amours troubles), aux côtés de son ex-fiancé Ben Affleck, à son interprétation saluée par la critique de Ramona dans « Queens », film qu’elle a aussi produit. 
Ce dernier rôle lui a valu une nomination pour un Golden Globe, et certains avaient même évoqué une possible nomination aux Oscars, qui ne s’est finalement pas concrétisée. La vie amoureuse de Jennifer Lopez a aussi contribué à sa notoriété, comme lorsque sa carrière dans la musique et le cinéma a traversé une période de calme relatif. Sa relation avec Ben Affleck (le couple avait été surnommé Bennifer) avait alors été ultra médiatisée.  L’actrice a été mariée trois fois, notamment avec le chanteur Marc Anthony, avec qui elle a eu des jumeaux en 2008. Elle est aujourd’hui fiancée à Alex Rodriguez, désormais commentateur sportif après une longue carrière dans le base-ball. Après le Super Bowl, elle réfléchit à passer derrière la caméra pour réaliser « The Godmother », film dramatique dans lequel elle va jouer.n