Le Franco-Bosnien Vahid Halilhodzic, remercié début avril de son poste de sélectionneur de l’équipe du Japon de football, est revenu à Tokyo samedi, afin d’obtenir des explications sur les raisons de son limogeage. A un peu plus de deux mois du Mondial, la Fédération japonaise a nommé pour lui succéder Akira Nishino.

«Je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé», a déclaré à la presse Halilhodzic à son arrivée à l’aéroport Haneda. «Je viens ici pour faire éclater la vérité». «J’ai l’impression d’avoir été jeté à la poubelle», a ajouté l’ancien sélectionneur. «Je dois me défendre contre ce qui m’a touché dans ma fierté», a encore lancé Halilhodzic qui avait réussi l’exploit de mener l’Algérie aux huitièmes de finale du Mondial-2014 au Brésil, et qui envisage de tenir une conférence de presse à Tokyo la semaine prochaine. Nommé en mars 2015, le technicien bosnien a qualifié les «Samourai Blues» pour leur sixième mondial de rang. Mais les derniers résultats en matchs de préparation ont été décevants (nul 1-1 contre le Mali, défaite 1-2 face à l’Ukraine), et son mandat n’a pas été de tout repos, émaillé de conflits avec la fédération.