La panne générale de distribution de carburant en cours en Iran est due à une « cyberattaque », a affirmé mardi la plus haute instance sécuritaire du pays. « Le Conseil suprême de la sécurité nationale a confirmé qu’il s’agissait d’une cyberattaque contre le système informatique de distribution du carburant », a rapporté la télévision d’État, qui avait un peu plus tôt annoncé une panne à travers le pays « en raison de perturbations dans le système informatique ». « Les détails de l’attaque et son origine font l’objet d’une enquête », a ajouté la même source, sans plus de détails. A la télévision, les chaines officielles montraient mardi des stations d’essence fermées devant lesquelles s’allongeaient des files d’attente. Peu avant l’annonce du Conseil suprême de la sécurité nationale, des « responsables concernés » avaient déclaré ne pas exclure qu’il puisse s’agir d’une cyberattaque comme évoqué par des réseaux sociaux iraniens, toujours selon la télévision d’Etat. « Une réunion urgente se tient à la Société nationale iranienne de distribution des produits pétroliers pour résoudre le problème », a déclaré sa porte-parole Fatemeh Kahi, citée par la télévision d’Etat. Et à Téhéran, les techniciens du ministère du Pétrole ont mis hors ligne le système informatique de quelques stations-service pour distribuer le carburant manuellement, a rapporté la télévision plus tard dans la journée. L’agence conservatrice de presse Fars a de son côté rapproché cette panne de l’anniversaire du 15 novembre 2019, date à laquelle des manifestations violentes avaient éclaté en Iran après l’annonce d’une hausse soudaine du prix de l’essence. Le gouvernement « n’a aucun plan pour augmenter le prix de l’essence et les gens ne devraient pas s’inquiéter », a promis mardi le ministre de l’Intérieur Ahmad Vahidi, interrogé par l’audiovisuel public.