Deux puissants séismes consécutifs ont secoué dimanche le sud de l’Iran, faisant au moins un mort et provoquant des scènes de panique, selon les sources officielles. Le premier tremblement de terre de magnitude de 6,4 et le second de 6,3 se sont produits à 15H37 (12H07 GMT), à 90 secondes d’intervalle, à une profondeur de 15 km, dans la province Hormozgan, a annoncé le service national de séismologie. Un homme de 22 ans a été tué après la chute d’un poteau électrique à Bandar-Abbas, la capitale de Hormozgan, a déclaré à la télévision d’Etat le chef du Croissant-rouge iranien, Mehdi Valipour, ajoutant que plusieurs équipes ont été déployées pour évaluer les dégâts. La télévision d’Etat a également affirmé qu’une personne a été blessée après l’effondrement d’un mur et plusieurs personnes souffrant de traumatisme ont été transportées à l’hôpital dans la ville située sur le détroit d’Ormuz. Le service audiovisuel public a diffusé des images en direct depuis la région touchée montrant des camions, stationnés au bord d’une route, fortement secoués par une réplique de magnitude 4, survenue 45 minutes après les deux secousses. Les montagnes autour du port de Bandar-Abbas ont brisé, a annoncé la télévision d’Etat. “Les séismes ont duré longtemps et ont effrayé les gens”, a ajouté la même source. Plusieurs bâtiments ont été fissurés à Bandar-Abbas, où une grande partie de la population est sortie dans la rue, a annoncé le gouverneur de la ville Azizollah Konari. Les tremblements de terre ont été ressentis dans les provinces voisines de Kerman et Fars, selon la télévision. D’après la même source, le président iranien Ebrahim Raïssi a ordonné au premier vice-président Mohammad Mokhber de se rendre dans la région dès que possible. Situé aux confins de plusieurs plaques tectoniques et traversé par plusieurs failles, l’Iran est une zone de forte activité sismique.