Un premier cas du variant britannique du nouveau coronavirus a été détecté en Iran, où des statistiques officielles publiées mardi montrent une baisse du nombre de morts quotidiens dus au Covid-19, sous la barre des 100 pour la première fois en plus de six mois. «Malheureusement, le premier cas du variant britannique du Covid-19 a été détecté en la personne d’un de nos compatriotes arrivés de Grand-Bretagne», a déclaré le ministre de la Santé, Saïd Namaki, à la télévision. L’Iran est le pays du Proche et du Moyen-Orient le plus frappé par la pandémie de Covid-19. Détecté en novembre au Royaume-Uni, le variant B.1.1.7, désormais appelé VOC 202012/01, s’est rapidement étendu dans tout le Royaume-Uni puis a été détecté dans des dizaines de pays du monde. Selon les premières données, il est nettement plus contagieux que le virus classique mais ne semble pas être intrinsèquement plus dangereux. Selon M. Namaki, la personne testée positive à ce variant s’est placée à l’isolement d’elle-même à son arrivée en Iran et n’a pas contaminé ses proches. Le nouveau coronavirus a fait 55.748 morts en Iran, sur un total de 1.255.620 cas confirmés depuis l’annonce des premières contaminations en février 2020, selon les dernières statistiques officielles annoncées mardi par la porte-parole du ministère de la Santé, Sima Sadat Lari. Plusieurs responsables, parmi lesquels M. Namaki lui-même, reconnaissent néanmoins que ces nombres sont largement sous-estimés. Selon Mme Lari, le nombre quotidien des morts du Covid à l’échelle du pays est tombé à 98 entre lundi midi et mardi à la mi-journée, soit le niveau le plus bas pour cet indicateur depuis le 18 juin.