Par Khaled Remouche
Shaems, l’entité constituée entre Sonatrach et Sonelgaz, est chargée par le ministère de la Transition énergétique de préparer et traiter l’appel d’offres 1000 MW. Elle s’associe à hauteur de 34% avec l’investisseur retenu dans chacun des cinq lots de 50 à 300 MW.
La sélection des candidats à la réalisation des centrales photovoltaïques prévues dans le projet Solar 1000 MW ne se fera pas séance tenante ou à l’issue de l’ouverture, en une seule séance, des plis techniques et financiers mais en plusieurs étapes, rappelle, dans un document intitulé « le marché photovoltaïque en Algérie », GIZ en charge de la coopération algéro-allemande dans le domaine des énergies renouvelables.
Ce processus commence par une manifestation d’intérêt transmise par lettre par l’investisseur intéressé et le retrait du cahier des charges. Cette étape a été franchie puisqu’une centaine de soumissionnaires ont exprimé leur intérêt à participer à la réalisation des centrales photovoltaïques, suivie d’une réunion de clarification destinée à fournir des explications et des informations sur l’appel d’offres 1000 MW ou Solar 1000 MW. Puis l’ouverture des plis techniques. Elle était prévue le 15 juin dernier. Mais les postulants ont demandé un report en raison de la question notamment de financement qui n’était pas encore réglée. Ce report a été accepté. L’appel d’offres permet cette requête. Une fois cette étape franchie, sans doute au cours de l’automne prochain, voire en fin d’année 2022, les candidats retenus à l’issue de l’ouverture des plis techniques devront soumettre leurs offres financières. A l’issue de l’ouverture des plis financiers, il sera procédé à l’évaluation des offres financières sur la base suivante : le prix du kilowatt/heure le plus bas par rapport au plafond fixé. Tout cela nous laisse penser que le lancement des travaux de ces centrales photovoltaïques n’interviendra qu’en 2023. Il est donc évident que l’objectif gouvernemental de réalisation d’une capacité de 4 000 MW en énergie solaire, en 2024, ne sera pas atteint.
L’essentiel, observe Yaici Boukhalfa, Directeur du cluster Green Algeria, c’est qu’à travers l’expérience du projet Solar 1 000, on peut atteindre le régime de croisière, en 2023, et lancer 2 ou 3 appels d’offres en 2023-2024.
Cela dit, qui est autorisé à soumissionner à cet appel d’offres ? Le cahier des charges précise que toute personne morale ou physique peut participer seule ou en groupe à l’appel d’offres. Le soumissionnaire doit payer une caution de 500 000 dollars à l’ouverture des plis techniques et financiers. Il doit mobiliser le financement et justifier de références dans le développement et le montage de projets de production indépendants d’électricité (mode IPP). Autres détails de l’appel à investisseurs, le projet Solar 1 000 MW consiste en la constitution de société de projet chargée de réaliser un projet de centrale solaire d’une capacité de 1 000 MW répartis sur le territoire national en lots de 50 à 300 MW. La société algérienne des énergies renouvelables, Shaems, l’entité constituée entre Sonatrach et Sonelgaz, est chargée du traitement de l’appel d’offres. Les sociétés de projets seront chargées du développement, du financement, de la conception, de la fourniture des équipements, de la construction, de la maintenance et de l’exploitation des centrales photovoltaïques, la réalisation des installations d’évacuation de l’électricité produite et de raccordement aux réseaux électriques, la commercialisation de l’électricité produite à partir de ces centrales. Shaems s’associe à hauteur de 34% avec l’investisseur retenu dans la société de projet. La commercialisation de l’électricité produite s’effectuera à travers un contrat de vente et d’achat de cette électricité pour une durée d’exploitation de 25 ans. L’investisseur retenu doit payer une caution équivalente à 10% de la dépense d’investissement qui sera libérée à la mise en service de la centrale photovoltaïque.
A noter que ce projet de 1 000 MW se répartit en cinq lots : Foulia à El Oued (300 MW), Hassi Delaa à Laghouat (300 MW), Temacine à Touggourt (250 MW), Biskra (100MW), Beni Ounif à Béchar (50 MW). n