A Annaba, c’est un coup d’accélérateur qui a été donné au développement par le chef de l’exécutif, à la fin de la semaine passée, en accordant 28 autorisations de projets à des investisseurs privés pour un montant total de 12 milliards DA.

Ces projets d’investissement dans différents segments de l’économie (agriculture, industrie, santé, sports, et services, entre autres) devraient se concrétiser dans les localités de Drâa Erriche, le nouveau pôle urbain et à Kalitoussa, dans la daira de Berrahal. Selon les responsables de la wilaya,  ces nouvelles entités économiques créeront à terme 1700 emplois directs dans un premier temps, et ce chiffre sera certainement revu à la hausse pour peu que lesdits projets réussissent et se développent.
Cependant, et pour ne pas retomber dans les erreurs du passé s’agissant du respect du cahier des charges, le wali a averti les investisseurs que tout manquement aux clauses mentionnées dans ce document entraînerait le retrait pur et simple des terrains attribués. «Les travaux de réalisation des projets autorisés doivent être lancés dans les délais impartis, soit six mois à partir de la date de remise des autorisations. A l’investisseur de régler pendant cette période toutes les formalités et procédures administrative, au delà de cette période aucune tolérance ou dérogation ne sera accordée aux retardataires», a prévenu le wali, qui a rappelé aux bénéficiaires que ses services ainsi que toutes les directions de l’exécutif leur apporteront le soutien nécessaire quant à la concrétisation des projets retenus. Rappelons que pas moins de 254 mises en demeure avaient été adressées à de «supposés» investisseurs qui avaient bénéficié de terrains pour réaliser des projets et qui, finalement, n’ont jamais vu le jour et ont été détournés de leur vocation première. Quatorze terrains ont alors été récupérés par voie de justice. Huit sont encore en litige au niveau des tribunaux et le reste sera bientôt l’objet de plaintes en justice si les mises en demeure en question ne sont pas suivies d’effet.
Les pouvoirs publics, exécutif et élus, se sont attelés ces derniers temps à mettre tout en œuvre pour, d’une part, récupérer les superficies restées nues en entreprenant les démarches nécessaires afin de reconstituer le portefeuille foncier industriel, et, d’autre part, accélérer les formalités administratives par la mise en place de guichets uniques aux fins de concrétiser au plus vite les investissements, répondant ainsi aux directives du ministère de l’Intérieur. Il s’agit pour les hautes autorités du pays de relancer l’économie locale génératrice de richesses et créatrice d’emplois pour absorber le chômage qui sévit et qui est à la base de tous les maux de la société.