Pour relancer l’investissement dans la wilaya de Tizi-Ouzou et améliorer les conditions d’investissement, le wali a annoncé la réservation d’une assiette pour la création d’un port sec au niveau de la placette de la gare routière de Oued Aïssi.

Une aubaine pour les investisseurs de la wilaya qui pourront dorénavant déposer leurs marchandises au niveau de ce port au lieu de se déplacer à Boudouaou. « Ce port sec contribuera à créer l’attractivité au niveau de notre wilaya ». Ainsi, il a annoncé l’organisation d’assises sur l’investissement pour avoir une feuille de route qui permettra une visibilité sur ce secteur névralgique pour le développement de l’économie locale. « Il faut assainir le foncier industriel des 14 zones d’activités existantes avant de penser à la création de nouvelles afin d’éviter de tomber dans la même erreur de viabilisation ». Pour cela, il a fait savoir que l’assainissement du foncier industriel est le travail collectif de l’administration, des élus, de la société civile… Pour cela, il a annoncé l’installation d’une commission mixte regroupant les responsables de son cabinet avec les élus de l’APW pour trouver des solutions les plus appropriées pour la relance du foncier industriel et la gestion des zones d’activités et industrielles de la wilaya. «Nous avons déjà attribué 22 arrêtés d’autorisation de concession au profit des investisseurs la semaine dernière, mais nous continuerons à nous battre pour assainir le foncier industriel en accordant les lots de terrain aux vrais investisseurs porteurs de projets et créateurs de richesses », a-t-il insisté. Pour rappel, 23 hectares de terrains non exploités ont été récupérés par les services de la wilaya. Le wali a plaidé pour la création de micro-zones d’activités pour désenclaver les régions les plus reculées de la wilaya et créer une dynamique économique au niveau de ces communes. Dans le même sillage, le directeur de l’industrie et des mines, Hamadouche, a affirmé l’inscription portant la création de 5 nouvelles zones d’activités dont 2 au niveau de la localité de Aghribs, 1 à Bouzeguène,
1 à Timizart et 1 autre à Irdjen. Ces zones, dira-t-il, sont prévues par le plan d’occupation au sol qui est la phase finale de son approbation et même les délibérations de création ont été prises par les communes. D’une superficie des 127 hectares répartis sur 4 communes, ces 5 zones permettront de désenclaver les localités dans lesquelles elles seront implantées. S’agissant de la disponibilité du foncier qui constitue le point noir de la wilaya, le même directeur a affirmé qu’une superficie de 200 hectares est disponible pour la création des zones d’activités au niveau du versant est de la wilaya.S. O.