Après une année 2020, qui a mis à rude épreuve le moral du monde entier, l’année 2021 débute, en Algérie, avec des images de familles avec enfants pris au piège des routes enneigées, la mort tragique qui a encore frappé sur les routes et la mer qui rejette les corps sans vie de harraga dans des barques de fortune.

Recouvertes d’un manteau blanc, les cimes montagneuses de Chréa et de Tikijda ont été le théâtre d’une journée dantesque pour des dizaines de famille qui ont bravé la météo pour une ballade hivernale malgré les avertissements des services météo et de la Protection civile. Les premières images choquantes de cette nouvelle année pourtant porteuse d’espoir, avec la lueur de la sortie de la pandémie de la Covid-19 grâce au lancement des campagnes de vaccination, révèlent encore une fois l’inconscience des Algériens dans la négligence du respect des consignes de prévention.
En effet, le premier jour de cette année 2021, soit vendredi dernier, des dizaines d’automobilistes étaient bloqués sur les routes menant à la station climatique de Tikjda suite à d’importantes chutes de neige. « Le nombre de visiteurs a doublé notamment avec le nouvel an, où les familles et autres visiteurs voulaient rompre avec la routine et le stress nés de la crise sanitaire », a indiqué le chargé de la communication du Centre national de sport et de loisir de Tikjda (CNSLT), Mohamed Ameziane Belkacemi.
Le piège glacial s’est refermé sur les familles lorsque, en début d’après-midi de ce 1er janvier, d’intenses brumes couvraient le site et la Route nationale 33, formant, en fin d’après-midi un énorme embouteillage avant que la route ne soit bloquée carrément par la neige. « La neige et l’intensité des brumes couvrant le site et la route ont bloqué la circulation », a expliqué à l’APS le chargé de la communication de la Protection civile, le sous-lieutenant Abdat Youcef.
Tout un dispositif de la Protection civile a été déployé depuis la matinée sur Tikjda pour apporter aide et assistance aux citoyens et automobilistes coincés sur le site à cause des chutes de neige. Le même scénario s’est déroulé au niveau des routes menant vers les cimes montagneuses de la wilaya de Blida, où des dizaines de familles avec de jeunes enfants ont maintenu le rituel de la ballade montagneuse du premier jour de l’an en dépit des mises en garde des services de la Protection civile qui avaient appelé ces derniers à éviter les excursions en montagne pour ce week-end, en raison du risque de glissements dus aux chutes de neige prévues à plus de 900 mètres d’altitude. En effet, dans un Bulletin météorologique spécial (BMS), l’Office national de la météorologie avait annoncé, vendredi dernier, des chutes de neige sur les reliefs du nord du pays dépassant les 900 à 1 000 mètres d’altitude et atteignant des altitudes plus basses de 700 à 800 mètres, citant Blida parmi les wilayas concernées.
Malgré ces avertissements largement diffusés sur les médias et les réseaux sociaux, les citoyens ont quand même maintenu leur sortie contre toute logique et se sont inéluctablement retrouvés coincés au milieu du froid et de la neige.
Mobilisation de la PC, de l’APN et des TP dans des opérations de sauvetage
Les services de la Protection civile (PC) de la wilaya de Blida ont dû mobiliser trois équipes, afin d’apporter les premiers soins aux familles bloquées par la neige au niveau des différentes routes et voies menant au mont Chréa, comme la route Tabaïnet, reliant Chréa à la commune de Bouinan, ainsi que la Route nationale 37. L’opération de sauvetage d’une douzaine de familles bloquées dans leurs véhicules sur les hauteurs de Chréa a ainsi été lancée conjointement par les unités du Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (GRIMP) de la direction locale de la Protection civile, l’Armée nationale populaire (ANP) et la Direction des travaux publics (DTP), selon un communiqué de la Protection civile. Les unités du GRIMP déployées sur place afin d’assurer la couverture sécuritaire et sanitaire sont intervenues aux côtés des éléments de l’ANP et de la DTP qui a mobilisé les engins nécessaires pour évacuer la neige et ouvrir les voies afin de secourir une douzaine de familles bloquées à l’intérieur de leurs véhicules qui n’étaient pas équipés de chaînes à neige et qui ont dérapé.
Par ailleurs, les fortes chutes de neige enregistrées vendredi dernier dans l’après-midi, sur les hauteurs de Tissemsilt ont rendu l’axe routier de la RN 19 reliant la commune de Lazharia et les frontières de Chlef, difficilement praticables. Des équipes composées des éléments de la Protection civile et des services des travaux publics se sont ainsi mobilisées pour rouvrir la circulation en utilisant des chasse-neiges et du sel pour déblayer les routes obstruées par la neige et apporter aide et assistance aux familles bloquées sur les lieux. De même, dans la wilaya de Msila plusieurs routes ont été rouvertes et de nombreux véhicules bloqués par la neige ont été secourus lors d’une opération menée conjointement par les services de la Protection civile de la wilaya de M’sila. Cette opération, exécutée en collaboration avec les services des travaux publics, ceux de la commune de Maadid, les éléments de l’ANP et de la Gendarmerie nationale, a permis d’évacuer 59 hommes, 11 enfants et 9 femmes bloqués à bord de 22 véhicules, camions et motocycles dans la localité de Ouled Sidi Mansour, a précisé un communiqué de la Protection civile. Dix hommes, à bord de cinq véhicules dans la localité de Ouled Chouaib, ont été également évacués. Ces opérations de sauvetage ont durée tout au long de la nuit de vendredi à samedi matin, soit plus de 9 heures pour libérer toutes ces personnes coincées par la neige.
Les services de la Protection civile de la wilaya de M’sila et des autres wilayas concernées par le BMS, qui est valide tout au long de la journée de dimanche, ont réitéré leur appel en direction des usagers de la route afin d’éviter d’emprunter les différents axes routiers pendant les chutes de neige. Espérons que cette fois les automobilistes respectent les consignes de prévention.

Une trentaine de morts sur les routes en 48 heures
Par ailleurs, vingt-neuf personnes sont mortes tragiquement et 282 autres ont été blessées dans des accidents de la route survenus durant les dernières 48 heures à travers plusieurs wilayas du pays, a indiqué hier un bilan de la Protection civile. Le nombre le plus élevé de victimes a été enregistré dans la wilaya de Tamanrasset avec 21 personnes décédées, dont 12 enfants et 10 autres blessées suite au renversement d’un véhicule utilitaire sur la RN 1, à 110 km d’Arak, dans la commune d’Aïn M’Guel. Un drame qui a fortement ému les Algériens qui ont exprimé leur condoléances sur les réseaux sociaux où continuent de circuler les images des enfants migrants doublement meurtris par le destin.