Le musée de l’Institut du monde arabe propose de redécouvrir des toiles et céramiques de l’artiste Baya Mahieddine, figure de l’art contemporain algérien, à travers une exposition-hommage prévue à partir de mardi jusqu’au 26 mars prochain à Paris, indiquent les organisateurs. Intitulée «Baya, icône de la peinture algérienne-Femmes en leur Jardin», l’exposition recouvre une large période d’activité de l’artiste à travers une collection de ses œuvres, entre céramiques et toiles, réalisées durant 50 ans de carrière.
Conservées au musée de l’Institut du monde arabe, les œuvres de Baya, forment un ensemble documentant toutes ses périodes d’activité, de 1947 à sa mort en 1998, précisent les organisateurs. «Femme, oiseaux, grappe et fleurs», «La Dame aux roses, «L’Ane bleu» ou encore «Femme aux poissons» figurent parmi les toiles (gouaches sur papier) proposées aux visiteurs de cette exposition qui propose également ses céramiques notamment «Masque blanc de l’artiste». Cette collection permet de saisir l’évolution de sa peinture avec notamment l’introduction du thème de la musique à partir des années 1960 , jusqu’aux émouvantes œuvres de 1998, les dernières réalisées par l’artiste. Parallèlement à l’exposition, des visites, conférences, rencontres et publications analyseront le contexte historique, social, économique et esthétique de production de chacune des périodes du parcours de Baya. L’Institut a organisé dernièrement à Paris une exposition mettant en lumière une collection exceptionnelle d’art moderne et contemporain de grands peintres et plasticiens algériens à l’image de M’hamed Issiakhem, Rachid Koraichi, Mohammed Khadda ou encore Choukri Mesli.