L’Institut culturel italien a organisé une activité littéraire et musicale, jeudi dernier, dans les locaux de l’Institut Cervantès, et ce, dans le cadre de la Nuit des idées, organisée par l’Institut français et qui propose des rencontres et des activités artistiques dans différents espaces d’Alger.

Sept espaces de la capitale ont accueilli La Nuit des Idées, notamment l’Institut français d’Alger, le centre d’études diocésain Les Glycines, la Cinémathèque algérienne, l’Institut Cervantès, l’espace Les Ateliers sauvages et le café littéraire Le Sous-Marin, ainsi que l’Opéra d’Alger, qui a accueilli, mercredi soir, un concert de chant lyrique animé par Amel Brahim-Djelloul. Pour ce qui est de l’activité proposé par l’Institut culturel italien, un écrivain et journaliste italien et une spécialiste des mouvements migratoires vers l’Italie, Arianna Obinu, auteur du livre Harraga, ont présenté des communications en présence d’un nombreux public. L’écrivain et journaliste italien Bruno Arpaia a animé une rencontre portant sur la relation entre l’art et la science. Pour lui, toute science est art. Prenant plusieurs exemples et mettant en exergue plusieurs citations de grands scientifiques et de grands écrivains, Bruno Arpaia expliquera qu’il faut une bonne dose d’imagination pour être mathématicien ou pour un scientifique pour mener à bien ses projets. Pour lui, l’art et la littérature ont des liens forts avec la science qui ne peut se départir du rêve et ce pour les besoins de la création. La musique était également au rendez-vous dans la proposition de l’Institut culturel italien avec un récital animé par le duo Redouane Amir et Salim Dada, baptisé «Con Piacere» (jouer avec plaisir). Après un premier récital tenu au musée du Bardo, mardi dernier, le duo s’est produit avant-hier jeudi à l’Institut Cervantès. Les musiciens qui travaillent ensemble depuis une quinzaine d’années ont revisité au basson et à la guitare des morceaux célèbres adaptés à cette configuration (duo guitare/basson) par Salim Dada. Pour rappel, Redouane Amir a joué avec plusieurs orchestres symphoniques en Algérie, en France, en Jordanie, ou encore en République Tchèque. De son côté, Salim Dada est compositeur, musicien et musicologue. Il est le premier compositeur de l’Orchestre symphonique national après avoir suivi des études de musique et de direction d’orchestre en Algérie, en France et en Italie. Il a signé plus de 80 partitions pour des orchestres ainsi que plusieurs musiques de films. K. A.