On ne compte plus le nombre d’incendies qui se sont déclarés au niveau des armoires électriques dans les nouvelles citées du pays. Comme les innombrables accidents domestiques dus à la surchauffe des câblages électriques dans les logements fraîchement occupés par leurs propriétaires. « Le non-respect des normes d’installation et l’usage généralisé d’équipements de basse gamme ou de mauvaise copie par des entreprises des travaux d’électricité détentrice de marché d’installation, encouragé en cela par la connivence de responsables chargés de délivrer des ordres de service (ODS) sont les causes de ces accidents. » C’est ce que nous ont témoigné des participants au séminaire organisé, hier, à Alger par la société Legrand Electric Algérie, sous le thème « Solutions connectées pour promotions immobilières et hôtellerie ». Selon le gérant de l’Eurl HMT Electric Energie, Hamane Mohamed Tayeb,
« c’est devenu pratiquement une règle chez de nombreuses entreprises d’installations électriques détentrices de marchés publics, celle de minimiser au mieux le coût des achats des équipements, c’est-à-dire les armoires électriques, les prises, les interrupteurs et les câblages. Elles se rabattent sur le bas de gamme et usent de fils électriques, dont le diamètre est très inférieur à ce qui est exigé pour l’usage d’appareils électriques domestiques ». Notre interlocuteur s’indigne que « de tels procédés soient devenus courants, alors que cela provoque de graves accidents, voire même des décès ou des cas de brûlures handicapant les victimes de ces accidents. » Il nous soulignera enfin que « la responsabilité dans ces cas d’incendies incombe beaucoup au maître de l’ouvrage qui ne s’est pas assuré que l’entreprise exécutante du chantier respecte drastiquement les normes d’installation en amont et en aval. » « Une négligence dont les retombées peuvent être désastreuses », a déploré notre locuteur. De son côté, Aïssa Mesri, architecte de profession et général manager de la société «Archimed », spécialisée en architecture et engineering, n’a pas mâché ses mots. « Les risques d’accident dus au non-respect des règles élémentaires en matière d’installation dans les nouveaux logements sont trop grands pour continuer à laisser faire. La balle est dans le camp des promoteurs immobiliers car ils ne devraient tolérer aucune exécution de chantier qui ne soit pas dans les normes requises. Cela peut mettre en danger des vies humaines ». Cet architecte juge que « les chantiers d’installation électrique sont une chose sérieuse, c’est pourquoi ils ne devraient être exécutés que par de véritables professionnels et non des opérateurs peu scrupuleux dont le seul souci est de tirer un maximum de profit, mettant de côté le respect des normes d‘usage dans ce corps métier ».
Pour revenir au sujet du séminaire, le directeur commercial de Legrand Electric Algérie, Khaled Titri, a fait savoir lors de son intervention que cet événement qui réunit architectes et promoteurs immobiliers a pour objectif de présenter les dernières tendances dans l’univers du bâtiment connecté. « C’est aussi une occasion pour vous exposer les solutions résidentielles et celles concernant le secteur de l’hôtellerie », a-t-il indiqué. Soulignant que
« les attentes des utilisateurs de l’Internet sont nombreuses, entre autres être alertés en cas de danger, de pouvoir vérifier à distance les équipements, contrôler et programmer les équipements de sa maison à distance ». Ce responsable a par ailleurs rappelé que son entreprise a pris part à la réalisation de grands projets en Algérie, notamment l’hôpital de
Aïn Nadja, qui exigent des équipements et des accessoires électriques d’une très grande qualité et d’une fiabilité certaine. Notons que des exposés ont été donnés par des responsables au sein de la société et où il a été surtout mis en évidence l’intérêt des nouvelles fonctions tactiles et l’expertise Legrand dans l’infrastructure des bâtiments et des hôtels.
Rappelons enfin que Legrand Electric Algérie existe depuis avril 2007 et qu’elle reste la première filière du groupe en Afrique en termes de chiffre d’affaires réalisé ces dernières années.