La reconduction des mesures de confinement pour une autre quinzaine de jours est visiblement une nécessité dictée par le peu d’avancée enregistré dans la lutte contre la pandémie du coronavirus. Une nécessité qui ne saurait, cependant, se suffire à elle-même.
Elle appelle selon toute vraisemblance à d’autres mesures d’accompagnement à inscrire dans le registre d’un durcissement inévitable du plan de lutte. C’est une voie incontournable dans l’objectif de briser la chaîne de transmission du virus qui continue de faire des victimes chaque jour.
D’où, d’ailleurs, l’impératif de passer à un degré élevé de prévention de nature à freiner la propagation de la pandémie.
C’est dans ce sens que se profile l’obligation du port du masque et du passage à un dépistage massif, deux facteurs de nature à contribuer à une meilleure maîtrise de la situation d’urgence sanitaire dans laquelle l’Algérie peine à enregistrer des avancées significatives.
A l’évidence, le port du masque devient plus qu’inévitable en ce sens qu’il constitue l’un des moyens d’empêcher la contagion du virus d’une personne à une autre, d’autant plus que les Algériens sont très peu attentifs à la règle de la distanciation physique pourtant édictée par les autorités sanitaires.
L’obligation du port du masque, en plus de son utilité préventive, peut avoir également une incidence psychologique dans le sens où la généralisation de son port ne manquera pas de rappeler aux plus insoucieux que le pays vit une situation d’urgence sanitaire, une réalité qu’on a tendance à oublier, sinon à défier, à bien observer certains comportements.
Par ailleurs, la massification du dépistage est un élément sur lequel va reposer cette phase cruciale de lutte contre l’épidémie, maintenant que plusieurs centres de dépistage ont vu le jour avec le concours des chercheurs universitaires et des établissements de l’enseignement supérieur.
La massification du dépistage servira aussi à un meilleur diagnostic de la situation sanitaire.
Il faut espérer que les Algériens accompagnent cette phase, ô combien décisive quant à l’évolution de la pandémie, par des comportements et des attitudes de discipline, de prudence qui répondent aux exigences et à la gravite de la situation.